BOURSE-EDF au plus bas après un nouveau coût du stockage des déchets

mardi 12 janvier 2016 11h59
 

PARIS, 12 janvier (Reuters) - L'action EDF est tombée à un plus bas historique mardi matin à la Bourse de Paris, où l'électricien accuse la plus forte baisse de l'indice SBF 120 dans des volumes nourris après la publication de nouvelles estimations du coût du futur centre de stockage en profondeur de déchets nucléaires de Bure (Meuse).

A 11h53, le titre EDF recule de 4,52% à 11,94 euros dans des volumes représentant 1,2 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext, après être tombé à 11,59 euros.

Le SBF 120 gagne 2% dans des volumes équivalents à 35% de leur moyenne journalière habituelle et l'indice Stoxx du secteur européen regroupant les sociétés de services aux collectivités ("utilities") progresse de 0,19% (31% de leur moyenne quotidienne).

Selon les derniers chiffres publiés lundi, les estimations du coût du futur centre de stockage en profondeur de déchets nucléaires de Bure varient encore de 30% en fonction des hypothèses retenues par les producteurs et l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

"Les estimations de coûts sont nettement au-dessus des prévisions des opérateurs nucléaires", considère Bryan Garnier, évoquant des conséquences sur les bilans et les futures cash-flows d'Areva et d'EDF.

Le projet, nommé Cigéo, fait l'objet d'une bataille de chiffres depuis plusieurs années entre les producteurs de déchets EDF, Areva et le CEA - qui le financeront en totalité - et l'Andra - qui en assurera la gestion -, avec des estimations qui ont varié du simple au double.

Cumulées sur une centaine d'années d'exploitation de Cigéo, elles "peuvent conduire à des différentiels de l'ordre de 30% à la fin de la phase d'esquisse" et se traduisent ainsi par "un écart entre un chiffrage d'environ 20 milliards d'euros et un autre d'environ 30 milliards d'euros", selon une note de synthèse de l'Andra.

"C'est clairement une mauvaise nouvelle pour EDF", juge un trader en poste à Paris, tout en rappelant que la décision finale appartient au ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie qui devrait communiquer "dans les semaines à venir".

En plus de cela, plusieurs analystes ont publié des notes sur le secteur des services aux collectivités dans lesquelles ils ont réduit leurs objectifs de cours sur ces valeurs.

Certains analystes soulignent en particulier les effets de la baisse des cours des matières premières et anticipent, comme chez Exane BNP Paribas, de nouvelles baisses de prix pour les "utilities". (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)