Pfizer relève les prix de 105 de ses médicaments aux Etats-Unis-UBS

dimanche 10 janvier 2016 19h08
 

10 janvier (Reuters) - Pfizer a augmenté de jusqu'à 20% les prix de 105 de ses médicaments aux Etats-Unis, une initiative qui risque de lui valoir de nouvelles critiques de la classe politique américaine après l'annonce de son projet de fusion avec Allergan, un groupe basé en Irlande, dans le but avoué de payer moins d'impôts dans son pays d'origine.

Selon des données de Wolters Kluwer Health, reprises dans une note de recherche d'UBS Securities, ces augmentations de prix sont entrées en vigueur le 1er janvier.

Le géant pharmaceutique américain a confirmé trois hausses de prix : +9,4% pour l'anti-douleur Lyrica, qui a généré des ventes de 2,3 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2014 ; +12,9% pour le Viagra contre les troubles de l'érection, dont les ventes US ont atteint 1,1 milliard de dollars en 2014, et +5% pour Ibrance, un traitement du cancer du sein lancé l'an dernier au prix de 9.850 dollars par mois, soit 118.200 dollars (108.252 euros) pour une année de traitement.

Steven Danehy, porte-parole du groupe, a dit ne pas être en mesure de confirmer dans l'immédiat les autres augmentations.

L'inflation des prix des médicaments aux Etats-Unis, avec notamment des hausses astronomiques de la part de groupes venant de racheter des produits génériques, a provoqué un tollé aux ces derniers mois et le sujet s'est invité dans la campagne des primaires pour l'élection présidentielle.

Selon la firme de recherche Truveris, les prix des médicaments vendus sur prescription ont augmenté en moyenne de 10,9% aux Etats-Unis en 2014.

Dans un communiqué, Pfizer a souligné que le prix catalogue de ses produits ne reflétait pas les "rabais considérables" consentis dans le cadre de programmes de santé publics ou privés.

Le projet de fusion de 160 milliards de dollars entre Pfizer et Allergan, qui donnera naissance au numéro un mondial de la pharmacie et aura pour effet de transférer le siège de Pfizer en Irlande, sera aussi la plus grande "inversion fiscale" jamais effectuée.

Ce mécanisme par lequel des entreprises américaines délocalisent leur siège social dans un pays à taux d'imposition plus bas en achetant une société étrangère a été qualifié d'"antipatriotique" par le président Barack Obama et Hillary Clinton, candidate à l'investiture démocrate pour la course à la Maison blanche, a promis des mesures pour y remédier.

La fusion Pfizer/Allergan a également été critiquée par le sénateur Bernie Sanders, rival démocrate d'Hillary Clinton, et par le candidat républicain Donald Trump.

Pfizer, qui publiera ses résultats 2015 le 2 février, a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 45,7 milliards de dollars dans la pharmacie, dont 17,2 milliards aux Etats-Unis. (Deena Beasley, Véronique Tison pour le service français)