BFMTV dépose un recours en Conseil d'État contre LCI en gratuit

vendredi 8 janvier 2016 17h55
 

PARIS, 8 janvier (Reuters) - NextRadioTV, propriétaire de BFMTV, a mis sa menace à exécution et déposé un recours devant le Conseil d'État contre le passage de LCI sur la TNT gratuite, décidée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Le groupe de médias, dans un communiqué, conteste cette décision prise mi-décembre en estimant notamment que les conséquences sur les deux chaînes d'information gratuites existantes, BFMTV et iTELE (propriété de Canal+, du groupe Vivendi ) "ont largement été minimisées".

Il fait aussi valoir qu'il n'y avait "aucun risque de disparition de LCI" et que son passage en gratuit "ne permet pas de renforcer le pluralisme", arguments avancés par le groupe TF1 pour appuyer sa demande auprès du CSA.

NextRadioTV, qui a déposé un recours en référé et au fond, regrette plus largement le possible passage à quatre chaînes d'informations en France avec le projet annoncé pour septembre par France Télévisions.

"Alors que les informations se multiplient sur l'arrivée du groupe Bouygues comme deuxième actionnaire d'Orange après l'État - de façon très opportune juste après l'annonce du CSA - et que se profile une chaîne d'information du service public, NextRadioTV considère que la décision du CSA est un mauvais coup porté au pluralisme et une régression démocratique", écrit le groupe.

"Cette décision va permettre au groupe audiovisuel français le plus puissant, qui représente déjà 50% de l'audience de l'information sur les chaînes privées en France, d'avoir une cinquième fréquence gratuite sur la TNT."

Le PDG de NextRadioTV Alain Weill, dans une interview au quotidien Le Monde, reprend cet argumentaire. "BFMTV dérange le pouvoir, quel qu'il soit. Car BFMTV comme iTELE sont des chaînes indépendantes, qui parfois appuient là où ça fait mal", affirme-t-il, en évoquant la possibilité d'une reprise en main de l'information télévisée dans la perspective de l'élection présidentielle en 2017.

Sollicité par Reuters, le groupe Bouygues, maison mère de TF1, s'est refusé à tout commentaire.

Bouygues et Orange sont en discussions en vue d'une reprise de Bouygues Telecom par l'opérateur télécoms historique, dont l'Etat est le premier actionnaire et, selon la presse, Bouygues pourrait entrer au capital d'Orange dans le cadre de l'opération.

Alain Weill s'est allié l'an dernier à Altice, la holding de Patrick Drahi qui multiplie les acquisitions dans les médias et pourra prendre à terme le contrôle de NextRadioTV. Patrick Drahi, après avoir réalisé le rachat de SFR par Numericable en 2014, a vainement tenté en juin de mettre la main sur Bouygues Telecom. (Dominique Rodriguez, avec Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)