** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 7 janvier 2016 08h04
 

PARIS/LONDRES, 7 janvier (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues en nette baisse jeudi à l'ouverture à la suite de l'accélération de la dépréciation du yuan qui a déstabilisé les devises de la région et entraîné une nouvelle chute des Bourses chinoises.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 1,4-1,5% à l'ouverture, le Dax à Francfort 1,7-1,8%% et le FTSE à Londres 1,3%.

Les Bourses chinoises ont fermé de manière anticipée jeudi après avoir perdu plus de 7% en moins d'une demi-heure d'échanges, plongeon qui, comme cela avait déjà été le cas lundi, a déclenché l'activation des tout nouveaux "coupe-circuits" mis en place après le krach de l'été.

La Banque populaire de Chine a pris de court les acteurs de marché en fixant le cours pivot de la devise chinoise à 6,5646 yuans pour un dollar, soit un plus bas depuis mars 2011. Cela représente un repli de 0,5% par rapport à mercredi et constitue la baisse quotidienne la plus marquée depuis la mi-août, quand une dévaluation inattendue de 2% avait fait vaciller les Bourses mondiales.

"C'est fou. Les régulateurs chinois se sont engagés sur cette voie en juillet et ne peuvent pas en sortir. Ils ont ruiné les derniers espoirs que les investisseurs plaçaient sur le marché", dit Alberto Forchielli, fondateur de Mandarin Capital Partners.

La Bourse de Tokyo a terminé en baisse de plus de 2% et Wall Street a fini mercredi à son plus bas niveau de clôture depuis début octobre, une nouvelle chute des cours du pétrole et le ton peu encourageant du compte rendu de la dernière réunion de la Fed étant venus s'ajouter aux motifs de préoccupation des investisseurs, tentés de se replier sur les valeurs refuge.

L'indice large MSCI Asie-Pacifique hors Japan perd également 2,34%, ayant touché son plus bas niveau depuis fin septembre.

"Les tensions géopolitiques liées au conflit entre l'Arabie saoudite et l'Iran et les essais nucléaires de la Corée du Nord avaient déjà renforcé l'aversion au risque. Le retour du risque chinois a été le coup de trop porté au sentiment, qui a conduit à une chute des cours des actions", analyse Takashi Hiroki, responsable de la stratégie chez Monex Securities à Tokyo.

Les investisseurs craignent que Pékin, dans le but de soutenir ses exportateurs, accélère la rapide dépréciation du yuan, ce qui pourrait signifier que l'économie de la Chine est plus faible qu'ils ne l'avaient imaginé. Ce sentiment pourrait donc déboucher sur une nouvelle vague de dévaluations compétitives à travers l'Asie et dans d'autres grandes économies.   Suite...