Le fonds Lion Point, nouveau venu de l'"activisme", vise Ally

mercredi 6 janvier 2016 19h05
 

par Michael Flaherty

6 janvier (Reuters) - Le fonds spéculatif qui réclame des changements chez Ally Financial a déclaré mercredi qu'il voulait travailler en étroite collaboration avec la direction de la société américaine de crédit automobile mais qu'il était déçu de sa première réaction.

Lion Point Capital, répliquant à un communiqué publié lundi par Ally, explique qu'il souhaite de la part de la société qu'elle étende le délai de nomination de ses administrateurs de façon à étudier la candidature de deux des candidats proposés par le fonds spéculatif. Il est rare que les sociétés étendent un tel délai.

Lion Point, fondé en 2014 seulement par d'anciens gérants des fonds Elliott Management et Perry Capital, a précisé qu'Ally n'avait pas tenu compte de sa demande et avait choisi de porter sur la place publique leurs échanges privés dans son communiqué publié lundi.

Après une année 2015 à marquer d'une pierre blanche pour eux, les actionnaires dits "activistes" se sentent pousser des ailes. C'est ainsi que Lion Point, qui se lance avec Ally dans sa première campagne d'influence, a en ligne de mire une société pesant neuf milliards de dollars (8,4 milliards d'euros) et dont il possède moins de 1% du capital.

Ally, leader du crédit automobile aux Etats-Unis, est l'ex-GMAC, la filiale financière de General Motors renflouée par l'Etat durant la crise financière de 2008 après des déboires dans le crédit immobilier.

La société a été scindée de GM en avril 2014 et introduite en Bourse. L'action Ally se traite actuellement avec une décote d'un quart environ sur son prix d'introduction.

Dans son communiqué de lundi, Ally a déclaré qu'elle étudierait la demande de Lion Point sur ses administrateurs et précisé qu'elle n'entendait aucunement envisager de se vendre, comme le fonds spéculatif le lui suggère.

Ni Lion Point ni Ally n'ont donné les noms des candidats administrateurs concernés.   Suite...