LEAD 1-La Bourse de Tokyo (-0,99%) à son plus bas niveau depuis octobre

mercredi 6 janvier 2016 08h27
 

(Précisions sur la séance)

TOKYO, 6 janvier (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini mercredi en baisse de 0,99%, revenant à son plus bas niveau depuis deux mois et demi sur fond d'inquiétudes sur l'état de l'économie chinoise et après l'annonce d'un essai nucléaire nord-coréen.

L'indice Nikkei a perdu 182,68 points à 18.191,32, sa clôture la plus faible depuis le 19 octobre. Le Topix , plus large, a cédé 15,87 points (1,05%) à 1.488,84, avec 30 de ses 33 sous-indices dans le rouge.

"On ne sait pas encore si ces bruits de bottes sont ou non réellement inquiétants mais en tout état de cause le timing choisi par la Corée du Nord n'est pas génial dans le contexte géopolitique actuel", commente Gavin Parry, fondateur et directeur général de Parry International Trading.

"La provocation de la Corée du Nord est venue comme la cerise sur le gâteau après une journée déjà gâchée par un mauvais indice PMI en Chine", ajoute-t-il en faisant allusion à l'indice Caixin/Markit des directeurs d'achat dans les services, tombé en décembre à son plus bas niveau depuis 17 mois.

Le PMI services japonais est pour sa part ressorti à 51,5 en décembre contre 51,6 le mois précédent, avec un sous-indice des nouvelles affaires en hausse à 52,0 contre 51,6, ce qui témoigne d'un renforcement de la demande intérieure.

Dans un contexte d'aversion au risque, les investisseurs ont privilégié les valeurs défensives et tournées vers la consommation intérieure. L'indice sectoriel de la pharmacie a pris 0,5% et celui de l'alimentation 0,3%, parmi les trois seuls sous-indices du Topix en hausse.

Les technologiques et tout spécialement les fournisseurs d'Apple ont en revanche été vendus après des informations du journal Nikkei faisant état d'une baisse de la fabrication des iPhone 6S et 6S Plus au début 2016. Murata Manufacturing a perdu 3,46%, Alps Electric 3,19%, Japan Display 3,52% et TDK 4,01%.

Egalement sanctionné, Sharp a cédé 3,28% à 118 yens. Selon le Nikkei, le groupe d'électronique grand public accusera une perte opérationnelle d'au moins 10 milliards de yens (78 millions d'euros) sur les neuf mois au 31 décembre.

Dans les jeux vidéo, Nintendo a chuté de 7,62% à 15.160 yens après un abaissement de recommandation de SMBC Nikko Securities. (Joshua Hunt; Véronique Tison pour le service français, édité par Bertrand Boucey)