Wall Street tente un rebond dans les premiers échanges

mardi 5 janvier 2016 15h53
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

5 janvier (Reuters) - Wall Street a entamé la séance dans le vert mardi, tentant de rebondir après son net recul de la veille sous l'effet d'une nouvelle phase de turbulences sur les marchés chinois, que Pékin peine à juguler.

Une vingtaine de minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones prend 31,54 points, soit 0,18%, à 17.180,48 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, avance de 0,31% à 2018,94 points et le Nasdaq Composite cède 0,29% à 4.917,26 points.

Le regain d'inquiétude concernant la situation économique de la Chine pèse aussi sur les cours du pétrole, qui repartent à la baisse malgré le regain de tension entre Ryad et Téhéran. Cette tendance baissière est également alimentée par le renchérissement du dollar.

Aux valeurs, la séance sera notamment rythmée par la publication des chiffres des ventes automobiles de décembre aux Etats-Unis.

Dans les premiers échanges, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) , qui a fait état d'une hausse de 13% de ses ventes le mois dernier par rapport au mois de décembre 2014, avance de 0,8%.

Pénalisés par des abaissements de recommandations d'analystes, les titres DuPont et Royal Caribbean cèdent respectivement 0,6% et 1,4%.

Goldman Sachs a au contraire relevé sa recommandation sur le titre du spécialiste de l'énergie solaire First Solar, qui s'adjuge 6,3%.

Le marché ne semble pas tenir rigueur à Eli Lilly d'une révision en baisse de son estimation de bénéfice annuel et de l'annonce de prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfices inférieures aux attentes des analystes pour 2016.

Le laboratoire pharmaceutique, qui a aussi évoqué des perspectives encourageantes pour le développement ou les demandes d'autorisation d'une série de produits de son portefeuille, voit son action progresser de 2,5%.

De son côté, Fairchild Semiconductor International bondit de 3,3%, après avoir annoncé que l'offre révisée reçue la semaine dernière de la part du chinois China Resources Microelectronics était supérieure à celle d'ON Semiconductor , de 2,4 milliards de dollars (2,23 milliards d'euros), qu'il avait acceptée en novembre dernier. (Abhiram Nandakumar; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)