La Bourse chinoise chute de 7%, 1ère suspension des transactions

lundi 4 janvier 2016 07h58
 

SHANGHAI, 4 janvier (Reuters) - Les marchés boursiers chinois ont chuté de 7% lundi pour la première séance de 2016, de mauvais chiffres sur l'activité du secteur industriel et la dépréciation marquée du yuan alimentant les inquiétudes sur le ralentissement économique, au point de contraindre les autorités à suspendre les transactions pour la toute première fois.

Les pertes se sont accélérées au cours de l'après-midi et les transactions ont été définitivement arrêtées vers 5h30 GMT, soit une heure et demie environ avant la clôture officielle.

Les ordres de vente se sont en fait multipliés après une première suspension de 15 minutes en début d'après-midi alors que les indices cédaient 5% et les autorités ont choisi peu après de mettre un terme à la séance du jour.

Les "coupe-circuits" visant à empêcher des accès subits de volatilité étaient en vigueur pour la première fois sur les marchés chinois ce lundi.

L'indice CSI300 affiche en clôture un recul de 6,98% à 3.470,41 points et le composite de Shanghai une chute de 6,85% à 3.296,66 points.

A Hong Kong, le Hang Seng abandonnait 2,68% à 6h45 GMT.

L'indice Caixin-Markit des directeurs d'achat du secteur manufacturier chinois publié lundi traduit un dixième mois consécutif de recul de l'activité du secteur en décembre, et à un rythme plus marqué qu'en novembre.

Au-delà de cet indicateur conjoncturel, le mouvement de baisse des marchés chinois a été amplifié par l'approche de l'arrivée à expiration de l'interdiction des ventes de titres imposée aux grands actionnaires des sociétés cotées, une mesure en vigueur depuis le krach boursier de l'été dernier.

"La chute a visiblement déclenché une intensification des ventes et le déclenchement du coupe-circuit semble avoir accentué le mouvement de panique, la liquidité ayant subitement disparu; c'est quelque chose que personne n'avait vécu jusqu'à présent", a commenté Gu Yongtao, responsable de la stratégie de Cinda Securities. (Samuel Shen et Pete Sweeney; Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)