Cuba prévoit une croissance divisée par deux en 2016 à 2%

mardi 29 décembre 2015 21h29
 

LA HAVANE, 29 décembre (Reuters) - Cuba prévoit pour 2016 une croissance économique de 2% seulement après celle de 4% attendue cette année, a déclaré mardi le ministre de l'Economie, Marino Murillo.

Il s'exprimait lors de la session de fin d'année de l'Assemblée nationale, des débats auxquels les journalistes étrangers n'ont pas accès. Ses propos ont été rapportés par des médias officiels.

"Croître dans le contexte de la crise mondiale actuelle est une bonne chose, et 2% en 2016 est aussi une bonne chose", a dit le ministre selon des déclarations cités par l'agence de presse Prensa Latina.

Les articles et dépêches des médias officiels ne font mention ni de la grave crise économique en cours au Venezuela, allié stratégique de La Havane, ni de l'impact de la chute des cours des matières premières.

Cuba reçoit plus de 100.000 barils de pétrole par jour dans le cadre d'un accord avec le Venezuela, où il envoie entre autres des médecins.

L'économie vénézuélienne affiche des performances économiques parmi les pires au monde, la baisse de ses exportations pétrolières ayant atteint jusqu'à 70% ces 18 derniers mois.

"Les échanges de Cuba avec le Venezuela représentent 15% du produit intérieur brut (PIB), la moitié de ce que représentait l'Union soviétique", a expliqué l'économiste Pavel Vidal, qui enseigne à l'université colombienne Javeriana Cali.

Cuba a continué de recevoir du pétrole cette année mais sans doute pas la totalité des devises qui lui étaient dues dans le cadre de l'accord avec Caracas, a-t-il ajouté.

Les entrées de devises de Cuba souffrent en outre de la baisse des cours du nickel, l'une des principales exportations de l'île.

Des diplomates et des hommes d'affaires étrangers à Cuba ont rapporté que certaines entreprises publiques réduisaient leurs importations et demandaient un allongement des délais de paiements à leurs fournisseurs.

(Marc Frank; Marc Angrand pour le service français)