Russie-La banque centrale s'adaptera au prix du pétrole

lundi 28 décembre 2015 11h07
 

MOSCOU, 28 décembre (Reuters) - La banque centrale russe pourrait revoir les probabilités assignées à ses différents scénarios économiques si les prix du pétrole restent bas pendant une période prolongée, a déclaré à Reuters Igor Dmitriev, le directeur de son département de politique monétaire.

Le scénario "risqué" actuel élaboré par l'institution est fondé sur l'hypothèse d'un maintien du cours du baril autour de 35 dollars pendant les trois prochaines années alors que son scénario de base table sur un cours d'environ 50 dollars.

Le Brent se traitait légèrement au-dessus de 37 dollars le baril lundi.

"Si des signes montrent qu'il ne s'agit pas seulement d'une baisse de court terme des prix pétroliers et si des raisons de fond suggèrent que cela va durer longtemps -- au moins un trimestre -- alors nous pourrions réviser la probabilité de nos scénarios", a dit Igor Dmitriev dans sa première interview à un grand média.

L'économie russe souffre actuellement de la faiblesse des prix du pétrole, sa première source de recettes à l'export, ainsi que des sanctions occidentales liées au rôle de Moscou dans la crise ukrainienne. Le ministère de l'Economie a fait état lundi d'une baisse de 4% du produit intérieur brut (PIB) en novembre par rapport au même mois de l'an dernier.

Si les cours du pétrole restent bas en janvier, la banque centrale pourrait envisager "des ajustements à ses prévisions" économiques, a poursuivi Igor Dmitriev, tout en précisant qu'une éventuelle révision ne serait pas forte.

Il a ajouté que la banque centrale pouvait encore réduire son principal taux d'intérêt lors de l'une de ses trois prochaines réunions de politique monétaire si les risques et l'inflation diminuaient.

Il a jugé que le rouble, qui s'est déprécié de plus de 50% face au dollar depuis la mi-2014, était aujourd'hui proche de sa valeur d'équilibre mais que les pressions extérieures (le pétrole et le ralentissement de l'économie chinoise) pourraient nourrir sa volatilité.

Il a estimé que le relèvement récent du taux des "fed funds" par la Réserve fédérale américaine réduisait la volatilité sur les marchés financiers et que la banque centrale russe intégrait l'évolution de la politique de la Fed dans ses propres prévisions.

Igor Dmitriev a aussi expliqué qu'il était peu probable que l'inflation en rythme annuel en Russie dépasse 13% sur l'ensemble de 2015.

(Elena Fabrichnaya; Marc Angrand pour le service français)