LEAD 1-Toshiba supprime 6.800 postes, prévoit une perte record

lundi 21 décembre 2015 13h55
 

(Actualisé avec précisions, commentaire, contexte)

TOKYO, 21 décembre (Reuters) - Toshiba a annoncé lundi 6.800 suppressions d'emplois dans ses activités d'électronique grand public dans le cadre d'une restructuration qui l'amènera à accuser une perte record sur l'exercice clos en mars.

Le conglomérat japonais se recentre sur les puces et l'énergie nucléaire après le scandale comptable qui a entraîné une chute de 40% de son cours de Bourse depuis les premières annonces de sa direction sur le sujet.

"En mettant ce plan en oeuvre, nous souhaitons regagner la confiance de tous nos actionnaires et nous métamorphoser en une entreprise solide", a déclaré Masashi Muromachi, directeur général du groupe, lors d'une conférence de presse.

Mais les analystes s'interrogent sur la pertinence de cette restructuration, dans un contexte d'érosion des marges dans le secteur des semi-conducteurs et de désaffection à l'égard du nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima en 2011.

"Toshiba a déclaré qu'il allait se concentrer sur les puces mais cela va prendre du temps pour renouer avec la croissance", a estimé Hideki Yasuda, analyste chez Ace Research Institute, qui s'inquiète également de la rentabilité des activités du groupe dans le nucléaire.

Le géant de l'électronique, qui emploie plus de 10.000 personnes au total, va supprimer 3.700 postes dans sa division de téléviseurs, soit 80% des effectifs de ce pôle, et céder une usine en Indonésie. Dans la division de PC, ce sont 1.300 emplois qui seront sacrifiés.

En tenant compte du coût de ces mesures, l'exercice 2015/2016 devrait se solder par une perte nette de l'ordre de 550 milliards de yens (4,2 milliards d'euros), un chiffre bien supérieur aux pertes enregistrées au plus fort de la crise financière.

Avec cette restructuration, le conglomérat nippon tente de s'extirper d'un scandale comptable d'une ampleur de 1,3 milliard d'euros, les pratiques de surestimation des bénéfices ayant concerné une bonne partie de ses activités. (Makiko Yamazaki; Véronique Tison et Myriam Rivet pour le service français, édité par Patrick Vignal)