Le nouveau Saab reçoit une méga-commande de voitures électriques

jeudi 17 décembre 2015 22h39
 

STOCKHOLM, 17 décembre (Reuters) - Le consortium qui a repris le constructeur automobile suédois Saab en misant sur le tout-électrique a annoncé jeudi son premier contrat majeur, une méga-commande de 12 milliards de dollars (11,1 milliards d'euros) pour la fourniture de voitures électriques à une société de location chinoise.

La commande, portant sur 250.000 véhicules électriques, dont 150.000 voitures inspirées de la berline Saab 9-3, est sans précédent : à fin 2014, on ne comptait que 665.000 voitures électriques dans le monde, et 83.000 en Chine, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Nevs (National Electric Vehicle Sweden), l'héritier de Saab qui est contrôlé par des intérêts chinois, a fait savoir qu'il embaucherait immédiatement plusieurs centaines d'ouvriers en Suède pour honorer la commande passée par Panda New Energy, une firme chinoise spécialisée dans la location de véhicules propres.

La voiture dérivée de la Saab 9-3 comportera un nouveau châssis et ses éléments seront produits et peints en Suède, avant assemblage final en Chine. Les autres 100.000 véhicules, dont le groupe n'a pas précisé le type, seront pour l'essentiel construits en Chine.

Nevs avait racheté les actifs de Saab en 2012, après la faillite du constructeur suédois, avec l'ambition d'en faire un leader mondial des voitures électriques.

"C'est une collaboration stratégique pour Nevs non seulement par le nombre de véhicules commandés mais aussi parce que c'est une étape importante pour concrétiser notre vision", a déclaré Stefan Tilk, vice-président de Nevs, dans un communiqué.

Nevs, créé en 2012, n'a jusqu'ici vendu qu'une petite quantité de voitures à essence inspirées du dernier modèle de Saab avant sa faillite. Lors du rachat des actifs de la marque suédoise, l'entreprise avait indiqué qu'elle développerait un nouveau modèle électrique assemblé en Suède pour le marché européen et en Chine pour le marché chinois. (Olof Swahnberg et Anna Ringstrom, Véronique Tison pour le service français)