Les taux sur le dollar montent après la Fed

jeudi 17 décembre 2015 16h05
 

par Richard Leong et Jonathan Spicer

NEW YORK, 17 décembre (Reuters) - Les principaux taux d'intérêt à court terme sur le dollar ont décalé à la hausse jeudi au lendemain de l'annonce par la Réserve fédérale américaine du premier relèvement de ses taux directeurs en près d'une décennie, qui a été accueilli avec sérénité par les marchés financiers internationaux.

Le Libor, qui sert de taux de référence pour un encours de quelque 350.000 milliards de prêts et de contrats financiers, a enregistré sa plus forte hausse en une séance depuis mai 2010.

Les mouvements à la hausse sont restés modestes sur le marché des bons et obligations du Trésor américains, le dollar s'est raffermi comme attendu et les marchés actions ont salué une décision perçue comme un vote de confiance sur la solidité de la reprise américaine.

"Les membres de la Fed peuvent se congratuler au vu de la réaction des marchés", a dit Andrew Szczurowski, gérant chez Eaton vice. "Avec toute la transparence dont ils ont fait preuve, ils ont réussi à concentrer la volatilité avant la décision (de relever les taux), et donc je dirais que c'est un succès."

La Fed a annoncé mercredi un relèvement d'un quart de point de la fourchette cible des Fed funds, entre 0,25% et 0,50% contre 0% à 0,25% précédemment, au vu notamment de l'amélioration du marché de l'emploi aux Etats-Unis.

Le véritable test pour cette nouvelle étape de normalisation de la politique monétaire est encore à venir avec la mise en oeuvre, ce jeudi, d'un nouveau dispositif d'intervention sur le marché monétaire destiné à faire décoller les taux à court terme.

Pour s'assurer qu'ils s'éloignent des niveaux proches de zéro auxquels la Fed les a cantonnés depuis sept ans, elle a de fait abandonné le plafond de ses opérations de réméré au jour le jour (ON RRP), ouvrant la porte à ses soumissions allant jusqu'à 2.000 milliards de dollars pour sa première adjudication qui doit se dérouler entre 17h45 et 18h15 GMT.

Ces opérations étaient auparavant plafonnées à 300 milliards de dollars et les spécialistes du marché monétaire ne s'attendaient qu'à un doublement de cette enveloppe.   Suite...