Wall Street ouvre dans le désordre au lendemain de la Fed

jeudi 17 décembre 2015 15h46
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

NEW YORK, 17 décembre (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert jeudi dans le désordre au lendemain de sa nette progression de la veille, liée à la décision de la Réserve fédérale de relever ses taux pour la première fois en près de 10 ans tout en promettant de ne poursuivre cette hausse qu'à un rythme "progressif".

L'indice Dow Jones perd 7,39 points, soit 0,04%, à 17.741,70. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,14% à 2.070,16 et le Nasdaq Composite gagne 0,14% à 5.078,17 points.

La Fed a mis fin mercredi à des mois de suspense en relevant de 25 points de base le taux de ses Fed Funds, une décision largement attendue.

Les investisseurs ont surtout retenu que la banque centrale américaine avait exprimé sa confiance dans la solidité de l'économie américaine et que sa présidente Janet Yellen avait promis des relèvements progressifs à l'avenir, en fonction de l'évolution de l'inflation, qui reste nettement inférieure à l'objectif de 2%.

"La Fed a vraiment donné exactement ce que le marché voulait", a dit Keith Lerner, responsable de la stratégie de marché chez SunTrust Bank à Atlanta.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage, inférieures aux attentes, ont conforté jeudi la vision de la Fed d'une "amélioration considérable" du marché du travail aux Etats-Unis.

Le déficit courant des Etats-Unis s'est en revanche nettement creusé au troisième trimestre, à son niveau le plus élevé depuis près de sept ans.

Aux valeurs, le titre Fedex prend 4,28% à 155,20 dollars, la société de messagerie ayant publié mercredi une hausse de son bénéfice net trimestriel supérieure aux attentes.

Avon bondit de 8,56% à 4,44 dollars après la vente de 80,1% de sa filiale nord-américaine au fonds de capital investissement Cerberus Capital Management et une prise de participation de ce dernier dans la société de vente directe de cosmétiques, ainsi valorisée environ 2,5 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros). (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)