LEAD 1-AstraZeneca rachète 55% d'Acerta pour $4 mds

jeudi 17 décembre 2015 13h21
 

(Actualisé avec cours de Bourse, déclarations, détails)

LONDRES, 17 décembre (Reuters) - AstraZeneca a dit annoncé jeudi avoir signé un accord portant sur le rachat de 55% d'Acerta Pharma, une biotech non cotée, pour quatre milliards de dollars (3,7 milliards d'euros), ce qui permettra notamment au laboratoire anglo-suédois de mettre la main sur le traitement expérimental du cancer du sang acalabrutinib.

Cette opération est susceptible de peser quelque peu sur les comptes à court terme du groupe, mais ce dernier se dit persuadé que l'acalabrutinib peut représenter des ventes annuelles de cinq milliards de dollars.

"En procédant à une acquisition dilutive, nous ne facilitons pas la vie à court terme mais nous sommes déterminés à respecter nos objectifs affichés (...)", a dit à des journalistes Pascal Soriot, directeur général d'AstraZeneca.

Vers 12h20 GMT, le titre AstraZeneca avançait de 1,5% à 44,83 livres alors que l'indice regroupant les valeurs pharmaceutiques européennes prenait 1,94%.

Pascal Soriot a ajouté que les revenus futurs générés par l'acalabrutinib prendraient toute leur part dans la volonté d'AstraZeneca d'arriver à des ventes annuelles de 45 milliards d'ici 2023.

Le groupe, qui a multiplié les acquisitions ces derniers temps, a précisé qu'il effectuerait dans l'immédiat un premier paiement de 2,5 milliards, le solde de 1,5 milliard étant dû soit lors de la première approbation des autorités pour l'acalabrutinib soit à la fin de 2018.

Si elle veut mettre la main sur la totalité du capital d'Acerta, l'entreprise pourrait au bout du compte être amenée à débourser une somme pouvant aller jusqu'à sept milliards de dollars, un prix qui reflète l'engouement des laboratoires pour de nouveaux médicaments prometteurs dans le domaine de l'oncologie.

AstraZeneca, dont certains traitements vedettes sont tombés récemment dans le domaine public, avait dit lundi qu'il poursuivait des discussions susceptibles de déboucher sur l'achat d'Acerta.   Suite...