17 décembre 2015 / 11:11 / il y a 2 ans

LEAD 1-Air France dément envisager un référendum - syndicats

(Actualisé avec démenti)

PARIS, 17 décembre (Reuters) - Air France a démenti jeudi avoir l‘intention de consulter directement les salariés sur la restructuration de la compagnie, a-t-on appris auprès de trois sources syndicales.

Le Figaro écrivait le même jour qu‘Alexandre de Juniac, PDG d‘Air France-KLM, la maison-mère de la compagnie française, envisageait un référendum pour débloquer la situation sociale.

Le directeur des ressources humaines (DRH) Xavier Broseta a démenti cette information lors d‘un comité central d‘entreprise (CCE), ont précisé les trois représentants qui y participent depuis 9h30 au siège d‘Air France à Roissy.

“Ce n‘est pas à l‘ordre du jour. C‘est une des options théoriques évoquées de longue date mais aujourd‘hui la priorité est à la négociation”, a-t-on déclaré à Reuters de source proche du dossier.

Air France compte boucler ses négociations dans les premiers mois de 2016, avaient indiqué début décembre des sources proches du groupe.

Lors d‘un entretien à Reuters mardi, Alexandre de Juniac n‘a pas souhaité faire de commentaire sur l‘évolution des négociations avec les navigants.

Mais selon des représentants du personnel, les discussions se poursuivent avec les pilotes, à l‘origine de la grève historique de septembre 2014, mais restent bloquées chez les hôtesses et stewards.

Air France a lancé début octobre son “plan B” prévoyant 2.900 suppressions de postes d‘ici 2017, lors d‘un CCE houleux au cours duquel le DRH s‘était fait arracher sa chemise par des salariés en colère, en constatant l‘échec de ses négociations avec les navigants.

Des représentants des trois syndicats représentatifs du personnel navigant commercial (PNC) ont confirmé que les discussions restaient gelées avec la direction, deux d‘entre eux refusant de s‘asseoir à la table des négociations.

Le SNPNC et l‘Unsa PNC veulent attendre l‘arrivée du nouveau DRH, Gilles Gateau, chargé des affaires sociales auprès du Premier ministre Manuel Valls, qui prendra ses fonctions en janvier, tandis que l‘Unsa, elle, est prête à négocier, ont précisé ces délégués du personnel.

“Les négociations n‘ont pas commencé et elles se bloqueront si l‘entreprise persiste à vouloir faire de l‘unilatéral”, a déclaré David Lanfranchi, président du SNPNC d‘Air France.

“Nous sommes ouverts à une négociation équilibrée qui prenne en compte les efforts colossaux déjà réalisés par les PNC et la situation financière de l‘entreprise qui s‘améliore et qui va continuer à s‘améliorer”, a-t-il ajouté.

Un prochain CCE est d‘ores et déjà prévu les 28 et 29 janvier, ont également précisé des syndicats.

L‘action Air France-KLM gagne 2,4% vers 12h00, en ligne avec le CAC 40. (Cyril Altmeyer et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below