France-L'activité des services stagne après les attentats

mercredi 16 décembre 2015 09h00
 

PARIS, 15 décembre (Reuters) - La croissance de l'activité dans le secteur privé en France a fortement ralenti ce mois-ci du fait d'une stagnation dans les services, dont un certain nombre de secteurs ont accusé l'impact des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, selon la versions flash des indices PMI de Markit.

Le coup d'arrêt dans les services, qui restaient sur dix mois de croissance, s'est accompagné d'une embellie dans le secteur manufacturier, dont l'indice d'activité est au plus haut depuis mars 2014

Il s'inscrit à 51,6, un niveau reflétant une croissance modérée, contre 50,6 en novembre et sensiblement au-dessus des attentes des économistes interrogés par Reuters (50,5).

L'indice des services se situe lui juste sur le seuil de 50 qui sépare croissance et contraction de l'activité, après 51,0 en novembre et alors qu'il était attendu à 50,8.

L'indice composite, qui combine des éléments des indices du secteur manufacturier et des services, s'inscrit à 50,3, contre 51,0 un mois plus tôt.

Le niveau des nouvelles commandes de l'ensemble du secteur privé a progressé pour le quatrième mois consécutif en décembre, quoiqu'à un rythme très faible dans les services, où un certain nombre d'entreprises invoquent l'effet des attentats.

La progression des nouvelles commandes a en revanche été la plus élevée depuis 21 mois dans le secteur manufacturier.

L'emploi s'est stabilisé après trois mois de baisse.

Pour Chris Williamson, économiste de Markit, les attentats ont eu pour effet d'entamer le regain d'optimisme des derniers mois.   Suite...