LEAD 1-Japon-Les entreprises maintiennent leurs projets d'investissements-tankan

lundi 14 décembre 2015 09h03
 

(Actualisé avec précisions sur l'enquête)

TOKYO, 14 décembre (Reuters) - La confiance des milieux d'affaires japonais est stable et les entreprises maintiennent leurs programmes d'investissements élevés, montre le rapport trimestriel de la Banque du Japon (BoJ), dit "tankan", publié lundi.

Ce rapport devrait fournir un motif de soulagement au gouvernement japonais alors que la morosité du contexte mondial fait peser un risque sur la reprise économique au Japon.

Malgré ces plans d'investissements optimistes, les entreprises japonaises demeurent néanmoins soucieuses quant aux perspectives à trois mois, le manque de vigueur de la demande en provenance des économies émergentes pesant sur les exportations, montre l'étude de la BoJ. Ce constat pourrait menacer la réalisation de leurs projets d'investissements.

L'indice de confiance des grandes entreprises manufacturières est stable par rapport aux trois mois précédents, à +12, alors que les économistes s'attendaient à une légère détérioration.

Il en est de même pour les grandes entreprises non-manufacturières, avec un indice restant à un pic de 24 ans à +25. L'activité hôtelière et la distribution ont notamment profité de la faiblesse du yen, favorable aux touristes étrangers.

Malgré les vents contraires en provenance de l'étranger, les milieux d'affaires japonais prévoient toujours d'augmenter leurs dépenses d'investissements de 10,8% durant l'année fiscale en cours, ce qui est à peu près le même niveau que dans la précédente étude trimestrielle de la BoJ et conforme aux attentes des économistes.

Cette tendance, si elle se concrétise, irait dans le sens de la volonté politique du Premier ministre Shinzo Abe, qui réclame aux entreprises japonaises de consacrer leurs profits record à des augmentations de salaires et des investissements pour relancer la machine économique.

Ce rapport renforce aussi la probabilité de voir la Banque du Japon s'abstenir de toute amplification de son programme massif de soutien monétaire à l'activité lors de sa réunion de fin de semaine, pensent les économistes. (Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto; Pierre Sérisier et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)