Les actions Fosun suspendues; Guo est injoignable, dit Caixin

vendredi 11 décembre 2015 08h47
 

par Denny Thomas et Lisa Jucca

HONG KONG, 11 décembre (Reuters) - Les transactions sur les actions de sociétés contrôlées par l'un des hommes d'affaires chinois les plus en vue ont été suspendues vendredi à Hong Kong et en Chine continentale à la suite d'une information d'un magazine financier suivant laquelle le conglomérat Fosun a perdu tout contact avec son fondateur et président Guo Guangchang.

Le média en ligne Caixin, citant des sources anonymes, écrit que le groupe Fosun n'a pu joindre Guo depuis le 10 décembre à midi heure locale. Celui que l'on présente souvent comme le "Warren Buffett chinois" s'était signalé en tout début d'année en rachetant le Club Méditerranée.

Fosun International a dit vendredi avoir sollicité une suspension des transactions dans l'attente d'un communiqué qui doit révéler une "information importante". Un porte-parole de Fosun International à Hong Kong a dit à Reuters que la société fonctionnait normalement et n'a fait aucun commentaire sur l'information de Caixin.

Plusieurs responsables de grandes sociétés chinoises ont déjà disparu de la circulation momentanément ces derniers mois, ce qui semble indiquer que Pékin a réellement renforcé la surveillance du secteur financier dans le cadre d'une offensive massive contre la corruption.

CITIC Securities, le premier courtier chinois, avait signalé le 6 décembre qu'il ne pouvait joindre deux de ses dirigeants à la suite d'informations voulant qu'ils aient été convoqués par les autorités dans le cadre d'une enquête.

"Guo est l'un des chefs d'entreprise chinois les plus renommés et cet incident va faire sourciller les régulateurs étrangers car Fosun ne ménage pas ses efforts pour donner à son activité d'assurance une ampleur internationale", dit Sally Yim, analyste de Moody's. "Mais pour l'instant, on ne sait pas exactement dans quelle mesure cet incident aura un impact sur l'activité de Fosun".

Fosun et Guo avaient été cités par un tribunal chinois en août en lien avec un procès pour corruption intenté à Wang Zongnan, ex-président de la société publique Bright Food Group, qui fut condamné à 18 ans de réclusion.

L'agence Chine nouvelle avait écrit à l'époque que les parents de Wang avaient acheté deux villas à Shanghaï et bénéficié de la part de Fosun de conditions en deçà du marché. Elle avait ajouté que Wang avait profité de sa position pour faire bénéficier Fosun d'avantages privilégiés. Ce dernier avait dit qu'il n'avait jamais recherché d'avantages indus et n'avait jamais fait de faveur à Wang Zongnan.   Suite...