LEAD 4-Nuit de violence à Bujumbura, la capitale du Burundi

vendredi 11 décembre 2015 12h55
 

(Actualisé avec bilan officiel)

NAIROBI, 11 décembre (Reuters) - Plusieurs camps militaires ont été attaqués dans la nuit de jeudi à vendredi à Bujumbura, la capitale du Burundi, où de violents échanges de tirs et des explosions ont retenti pendant plusieurs heures, ont rapporté des sources politiques et militaires.

Le porte-parole de l'armée burundaise, Gaspard Baratuza, a avancé un bilan de douze morts parmi les assaillants et de 20 arrestations. Cinq soldats ont été blessés par les assaillants qui avaient pour objectif de s'emparer d'armes et de libérer des prisonniers, a-t-il ajouté.

Des militaires interrogés par Reuters avaient auparavant déclaré sous le sceau de l'anonymat que plusieurs soldats et assaillants avaient été tués pendant les attaques qui ont visé trois camps de l'armée dans la capitale burundaise.

Selon l'un d'eux, qui a parlé à des soldats sur place, trois militaires et cinq assaillants ont été tués près de la base de Ngagara, dans le nord de Bujumbura. Certains des assaillants portaient des uniformes de l'armée, a-t-il ajouté.

Willy Niyamitwe, conseiller chargé de la communication du président Pierre Nkurunziza, a assuré sur son compte Twitter qu'il n'y avait pas eu de tentative de coup d'Etat, comme celle qui avait été déjouée en mai dernier.

Il a ajouté que de nombreux assaillants avaient été "tués ou arrêtés", sans fournir de chiffre précis, et affirmé que la situation dans la capitale "revenait à la normale".

Cette dernière affirmation a été contredite par de nombreux habitants, qui ont fait état de la poursuite d'explosions et de tirs dans la matinée et décrit des rues désertes à une heure où les gens se rendent d'ordinaire au travail. Les écoles sont fermées et les forces de sécurité massivement déployées, ont ajouté certains.

  Suite...