VW-L'ampleur du scandale des émissions de CO2 minimisée-sces

mercredi 9 décembre 2015 11h52
 

BERLIN, 9 décembre (Reuters) - Les enquêtes menées par Volkswagen ont montré que le constructeur allemand a largement surévalué le nombre de véhicules susceptibles d'être concernés par des "incohérences" dans les émissions de dioxyde de carbone (CO2), ont dit mercredi deux sources au sein de l'entreprise.

Il y a six jours, le constructeur allemand avait dit que le nombre de voitures dont les émissions de dioxyde de carbone et la consommation de carburant avaient été sous-évaluées pourrait finalement être inférieur aux 800.000 annoncés le 3 novembre.

Ce jour-là, environ six semaines après que Volkswagen eut reconnu avoir installé un logiciel de manipulation des émissions sur 11 millions de véhicules à travers le monde équipés de moteurs diesel 2,0 litres, le constructeur avait dit avoir détecté des "incohérences" dans les émissions de dioxyde de carbone d'environ 800.000 véhicules supplémentaires vendus surtout en Europe.

"De nouvelles enquêtes ont montré que le nombre de véhicules concernés est passé à un total à cinq chiffres", a dit l'une des sources. Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, ce total a été ramené à moins de 40.000 voitures.

Volkswagen s'est refusé à tout commentaire.

A la suite de ces informations sur le nombre de véhicules affectés par le "scandale CO2", le titre Volkswagen avançait vers 10h40 GMT de 4,3% à 129,40, affichant la deuxième plus forte hausse de l'indice Stoxx.

L'action continue ainsi de réduire l'écart par rapport à son cours de clôture, de 162,40 euros le 18 septembre, précédant la révélation du scandale des émissions de véhicules de diesel. Cet écart n'est plus que de 20% alors qu'il avait été de près de 47% en séance, le 5 octobre dernier.

Depuis le début de l'année, la valeur est encore en baisse de près de 30% contre une progression de plus de 11,5% pour l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes sur la période équivalente. (Andreas Cremer, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)