10 décembre 2015 / 10:00 / dans 2 ans

GB/Indicateurs-Le déficit commercial se creuse plus que prévu

LONDRES, 10 décembre (Reuters) - Les principaux indicateurs macroéconomiques britanniques publiés ce mois-ci:

* LES IMPORTATIONS REBONDISSENT DE 8,2%

10 décembre - Le déficit commercial marchand s‘est creusé davantage que prévu en octobre, selon des données publiées jeudi illustrant, au vu du bond des importations et du recul des exportations, la dépendance de l‘économie à la consommation des ménages.

L‘Office national de la statistique (ONS) a précisé que ce déficit s‘était établi à 11,827 milliards de livres contre 8,802 milliards en septembre. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un déficit de 9,7 milliards.

Les exportations ont reculé de 2,7% après une hausse de 1,7% en septembre tandis que les importations ont augmenté de 8,2%, soit leur rythme de progression le plus marqué en près d‘un an, après leur repli de 3,5% le mois précédent.

Ces importations ont surtout été dopées par la demande pour des carburants et des produits industriels finis, dont des voitures.

Le commerce extérieur a pesé sur le produit intérieur brut (PIB) britannique du troisième trimestre, ressorti en hausse de 0,5%.

En plus de l‘atonie en provenance de la zone euro, les exportateurs britannique pâtissent du ralentissement économique mondial et de la vigueur de la livre.

Tableau de la statistique

* RECUL INATTENDU DE LA PRODUCTION MANUFACTURIÈRE EN OCTOBRE

8 décembre - La production manufacturière a accusé en octobre une baisse de 0,4% par rapport à septembre, après une progression révisée en hausse à +0,9% (+0,8% en première estimation) le mois précédent, a annoncé mardi l‘Office national de la statistique (ONS).

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une stabilité.

Sur un an, la production manufacturière a diminué de 0,1% alors qu‘elle était attendue en hausse de 0,1%.

La production industrielle, qui intègre également l‘énergie, a de son côté augmenté de 0,1% sur un mois, comme attendu par les économistes. Sur un an, sa progression atteint 1,7%, dépassant le consensus qui était à +1,2%.

Ces chiffres laissent penser que la croissance britannique restera tirée par les services et la consommation des ménages au quatrième trimestre, sans reprise notable du secteur industriel.

La production industrielle britannique reste inférieure de près de 9% à ses niveaux d‘avant la crise financière mondiale. La production manufacturière, elle, a encore un retard de 6,1% à combler par rapport à ses pics du début 2008.

Tableau de la statistique (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below