Renault-Nissan - Ghosn espère un accord d'ici le 11 décembre

jeudi 3 décembre 2015 22h50
 

PARIS, 3 décembre (Reuters) - Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan , a déclaré dans le Figaro de vendredi que les négociations pour résoudre le conflit avec l'Etat sur l'équilibre de l'alliance se poursuivaient et qu'il espérait les voir aboutir d'ici le prochain conseil d'administration de Renault.

"Il y a effectivement une échéance importante qui est le conseil d'administration de Renault qui aura lieu la semaine prochaine, le 11 décembre", dit-il. "Actuellement, il y a beaucoup de négociations qui ont lieu, et en aucun cas je ne veux faire de déclarations qui puissent d'une manière ou d'une autre gêner ces discussions."

L'Etat français et Nissan, les deux principaux actionnaires de Renault, se livrent depuis plusieurs mois un bras de fer sur la question des droits de vote doubles de l'Etat dans le groupe français et son influence sur Renault-Nissan, alors que le constructeur japonais ne dispose lui d'aucun droit de vote.

Après le renforcement de l'Etat, Nissan a fait des propositions pour mettre fin à la prépondérance de son partenaire français, et proposé cette semaine de nouvelles pistes pour limiter le contrôle managérial de Renault, selon des sources proches du dossier.

Les discussions entre représentants de Nissan et de l'Etat vont se poursuivre d'ici le conseil du 11 pour tenter de trouver un compromis, par exemple via une limitation du plein exercice des droits de vote doubles de l'Etat à certains sujets stratégiques.

"Depuis plusieurs mois, toutes les parties prenantes ont déclaré qu'elles étaient favorables à l'alliance, qu'elles voulaient que cette alliance réussisse et qu'elles voulaient que les deux entreprises, Renault et Nissan, poursuivent leur collaboration", a poursuivi Carlos Ghosn. "Il y a unanimité sur ces sujets." (Gilles Guillaume et John Irish, édité par Benoît Van Overstraeten)