La BCE prolonge son programme d'achat d'actifs

jeudi 3 décembre 2015 15h14
 

FRANCFORT, 3 décembre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a ajusté jeudi son programme d'achat d'actifs, encore appelé d' "assouplissement quantitatif" (QE), le prolongeant jusqu'en 2017 et acceptant d'acquérir dorénavant de la dette de collectivités locales, a annoncé son président Mario Draghi.

Ces achats engagés en mars, qui portent essentiellement sur des obligations souveraines et d'un montant de 60 milliards d'euros par mois, devraient se prolonger jusqu'en mars 2017 ou au-delà si nécessaire, au lieu de septembre 2016 comme annoncé à l'origine. Mario Draghi a également annoncé que les recettes tirées des différents actifs rachetés seraient réinvestis dans le programme.

"Nous avons décidé d'étendre le programme d'achats d'actifs. Les achats mensuels de 60 milliards d'euros dans le cadre du programme d'achats d'actifs (APP) sont désormais destinés à courir jusqu'à la fin mars 2017 ou au-delà si nécessaire, et dans tous le cas jusqu'à ce que le Conseil des gouverneurs constate un ajustement durable de la trajectoire d'inflation correspondant à son objectif d'une inflation inférieure à mais proche de 2% à moyen terme", a-t-il dit.

Les analystes interrogés par Reuters la semaine dernière attendaient une augmentation du montant mensuel d'achats à 75 milliards d'euros, ainsi qu'une extension du programme.

Ces achats de la BCE ont poussé les rendements obligataires à la baisse et encouragé le crédit, ce qui laisserait penser que l'assouplissement quantitatif fonctionne, même si le processus est lent et décalé, ce qui tend d'ailleurs à justifier les appels à en augmenter le montant.

Mais ses détracteurs soulignent que le programme, qui revient à injecter massivement des liquidités dans l'économie de la zone euro, a eu peu d'impact sur l'inflation, principale préoccupation de la BCE, qui reste proche de zéro et autour de 1% hors énergie et alimentation, soit bien en-dessous des l'objectif de la BCE d'un taux proche mais inférieur à 2%. (Balazs Koranyi , Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)