LEAD 1-Telecom Italia-Un 2e cabinet de conseil s'oppose à Vivendi

mercredi 2 décembre 2015 19h38
 

(Actualisé avec précisions, contexte)

MILAN, 2 décembre (Reuters) - Un deuxième cabinet de conseil influent a recommandé mercredi aux actionnaires de Telecom Italia de voter contre une proposition de Vivendi visant à renforcer sa présence au conseil d'administration en augmentant le nombre de ses membres.

Selon un document dont Reuters a pris connaissance mercredi, le cabinet Glass Lewis estime que l'arrivée de nouveaux administrateurs de Vivendi modifierait sensiblement la composition du conseil.

"Nous estimons que les actionnaires indépendants devraient se poser la question de savoir si de tels changements seront favorables aux intérêts de tous les actionnaires", dit-il.

Vivendi détient 20,116% du capital de Telecom Italia, ce qui en fait le premier actionnaire du groupe, et il souhaite porter le nombre de sièges d'administrateurs de 13 à 17 afin de faire entrer au conseil trois de ses dirigeants et un consultant français pour le représenter.

Sa demande sièges est intervenue après que Xavier Niel, le fondateur d'Iliad, est apparu comme étant potentiellement le deuxième actionnaire de l'opérateur historique italien, puisqu'il dispose d'options d'achat susceptibles de lui octroyer un peu plus de 15% du capital.

Vivendi, présidé par Vincent Bolloré, propose la nomination au conseil de Telecom Italia de son président du directoire, Arnaud de Puyfontaine, de son directeur général en charge des opérations, Stéphane Roussel, de son directeur financier, Hervé Philippe, et de Félicité Herzog, associée du cabinet conseil Ondra Partners.

Lundi, ISS, un autre cabinet de conseil aux investisseurs, a également recommandé aux actionnaires de Telecom Italia de s'opposer à la demande de Vivendi.

Les actionnaires de Telecom Italia doivent se réunir en assemblée générale le 15 décembre pour se prononcer par vote sur la requête de Vivendi, ainsi que sur la conversion en actions ordinaires des six milliards d'actions d'épargne ou actions à dividende prioritaire (ADP) de l'opérateur.   Suite...