LEAD 1-Le Brésil s'enfonce dans la récession au troisième trimestre

mardi 1 décembre 2015 13h21
 

(Actualisé avec détails)

BRASILIA, 1er décembre (Reuters) - L'économie brésilienne s'est contractée de 1,7% au troisième trimestre par rapport à la période avril-juin, un chiffre qui amplifie la récession dans laquelle est plongée le pays, la pire depuis 25 ans, montrent les chiffres publiés mardi par l'institut national de la statistique IBGE.

La déprime de la première puissance économique latino-américaine prive de recettes fiscales le gouvernement de Dilma Rousseff, dont la popularité est au plus bas depuis le scandale de corruption au sein du groupe pétrolier public Petrobras, alors que le déficit budgétaire ne cesse de se creuser.

Il y a quelques jours, la présidente brésilienne a annoncé le gel de 10 milliards de reals (2,5 milliards d'euros) de dépenses publiques, le gouvernement n'étant pas parvenu à s'assurer le feu vert du Congrès à une révision des objectifs d'économies budgétaires fixés pour cette année.

Les économistes avaient anticipé en moyenne un produit intérieur brut (PIB) en recul de 1,2% sur la période juillet septembre.

Par rapport au troisième trimestre 2014, le PIB de la première économie latino-américaine a reculé de 4,5% contre un consensus de -4,1%. Il s'agit de la plus forte baisse sur un an depuis le lancement, en 1996, de l'actuelle série statistique en la matière.

Au deuxième trimestre 2015, le PIB avait baissé de 2,1% (révisé d'une estimation initiale de +1,9%) par rapport aux trois mois précédents, après -0,7% au premier. Une récession se définit techniquement comme deux trimestres de suite de contraction du PIB.

Les investissements ont plongé de 15,0% sur un an sur la période juillet-septembre, leur neuvième trimestre consécutif de baisse.

La consommation des ménages a reculé de 1,5% par rapport au deuxième trimestre. Le taux de chômage au Brésil, à 7,9% en octobre, est au plus haut depuis six ans et les prix à la consommation ont bondi de près de 10% en 12 mois. (Silvio Cascione et Brad Haynes, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)