Chine-Fin de l'encadrement des transactions en compte propre

mardi 24 novembre 2015 16h18
 

SHANGHAI, 24 novembre (Reuters) - Les autorités chinoises ont levé mardi l'encadrement des transactions sur les marchés actions en vigueur depuis l'été, qui interdisait aux courtiers de vendre pour leur propre compte davantage de titres chaque jour qu'ils en achetaient.

Cette mesure avait été prise en pleine tourmente sur les marchés financiers de Chine continentale, qui ont chuté de plus de 40% entre mi-juin et fin août, avant de reprendre 20% depuis.

Ce rebond explique sans doute la décision de la Commission de régulation des titres chinoise (CSRC) de lever l'interdiction faite aux sociétés de Bourse de prendre des positions nettes vendeuses dans le cadre de leurs opérations en compte propre.

Trois sources directement informées du dossier ont déclaré que la CSRC avait informé les sociétés de Bourse de la levée de cette mesure en notant que le marché actions avait lentement commencé à se stabiliser.

"D'une certaine manière, c'est un facteur positif: cela montre que la CSRC a conclu que le marché était globalement revenu à la normale", a commenté Du Changchun, analyste de Northeast Securities à Shanghai.

Il a estimé que la levée de l'encadrement des ventes ne devrait pas provoquer un mouvement vendeur massif, les marchés actions chinois étant actuellement orientés à la hausse.

Le 6 novembre, les autorités avaient déjà annoncé la reprise à partir du 20 des introductions en Bourse, suspendues depuis début juillet. Lundi, dix entreprises chinoises ont demandé un visa pour entrer sur le marché, avec pour objectif de lever plus de trois milliards de yuans (441 millions d'euros) au total.

Même si l'heure semble donc à la stabilisation des marchés boursiers, les autorités continuent de tenter de faire le ménage parmi les intermédiaires financiers: l'agence de presse officielle Chine nouvelle a fait état mardi, en citant un document officiel, de l'ouverture d'enquêtes sur les courtiers Guotai Junan Securities et Haitong Securities .

La Commission centrale des inspections disciplinaires a par ailleurs annoncé que quatre cadres de l'assureur public PICC, l'un des plus importants du pays, avaient été sanctionnés pour diverses malversations, parmi lesquelles l'utilisation de fonds syndicaux pour des achats personnels.

Plus préoccupant, la fédération chinoise des gestionnaires d'actifs a dit avoir perdu tout contact avec 12 exploitants de fonds d'arbitrage ("hedge funds"). (Xiaochong Zhang et Nathaniel Taplin; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)