LEAD 1-Le fonds de sauvetage de la zone euro verse 2mds à la Grèce

lundi 23 novembre 2015 18h55
 

(Actualisé avec projet de communiqué)

LUXEMBOURG, 23 novembre (Reuters) - Le Mécanisme européen de stabilité (MES) a autorisé lundi le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide de deux milliards d'euros à la Grèce, qui a rempli toutes les conditions nécessaires.

"Le versement approuvé aujourd'hui sera en premier lieu consacré au service de la dette, ainsi qu'à l'apurement d'arriérés et au cofinancement de projets financés par des fonds structurels européens", écrit le MES dans un communiqué.

Malgré des réticences au sein de la coalition au pouvoir à Athènes, le Parlement grec a approuvé jeudi dernier un paquet de mesures exigées par les créanciers du pays avant le déblocage de cette somme, dans le cadre du programme d'aide conclu en juillet, d'un montant global de 86 milliards d'euros.

Lundi, lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, Athènes a informé ses partenaires de son intention de mener à bien d'ici la mi-décembre le deuxième volet des réformes prévues par l'accord de juillet, ce qui permettrait le versement de la prochaine enveloppe.

"Nous allons maintenant tourner notre attention vers les prochaines étapes du programme du MES et appeler les autorités grecques à accélérer le travail avec les institutions sur le deuxième et dernier volet d'étape", explique le projet de communiqué de l'Eurogroupe.

"Nous saluons l'engagement des autorités grecques à mener à bien le deuxième volet de réformes d'ici la mi-décembre", ajoute le texte.

La prochaine tranche d'aide liée au deuxième volet de réformes est d'un milliard d'euros.

Athènes peut parallèlement compter sur une enveloppe de dix milliards au maximum pour recapitaliser les quatre principales banques du pays.

Les ministres de l'Eurogroupe ont constaté lundi que ces quatre établissements avaient été capables de lever auprès d'investisseurs privés suffisamment de capitaux frais pour couvrir les besoins estimés selon le scénario de base retenu par la Banque centrale européenne (BCE) dans ses tests de résistance, soit 4,4 milliards d'euros.

Deux des banques ont aussi été en mesure de lever suffisamment de liquidités pour couvrir leurs besoins dans un scénario alternatif plus sombre, qui a abouti à une estimation globale de 14,4 milliards d'euros. (Jan Strupczewski; Bertrand Boucey et Marc Angrand pour le service français)