Le FMI attend un retour à la croissance en Europe de l'Est en 2016

vendredi 13 novembre 2015 11h57
 

PRAGUE, 13 novembre (Reuters) - Les économies d'Europe de l'Est devraient retrouver une croissance modérée l'an prochain mais les risques baissiers se sont accrus avec le ralentissement en Chine et la crise déclenchée en Europe par le flot de migrants, selon un rapport du Fonds monétaire international (FMI) publié vendredi.

Le fonds précise dans son rapport semestriel que la Russie devrait rester en récession, même si elle sera moins sérieuse que cette année, mais que l'Ukraine devrait renouer avec la croissance après un accès de faiblesse cette année.

Pour les 22 pays d'Europe centrale et orientale concernés, le FMI a laissé sa prévision de croissance inchangée à 1,3% pour l'an prochain, après une contraction de 0,6% cette année.

"L'équilibre des risques pour la croissance dans les pays d'Europe centrale et orientale s'est globalement modifié, passant de neutre à l'époque (du rapport de printemps) à une orientation négative", écrit le FMI.

"De nouveaux risques pour le commerce et les flux de capitaux provenant d'un éventuel ralentissement des principaux marchés émergents (notamment en Chine), ainsi que la crise des migrants en Europe sont les principaux éléments venus s'ajouter aux risques existant déjà de longue date."

La Russie, affectée par la chute des cours du pétrole et les sanctions imposées par l'Occident et liée au conflit avec l'Ukraine, verra son économie se contracter de 0,6% l'an prochain après une baisse de 3,8% du PIB en 2015, selon le FMI.

"L'impact négatif potentiel du scandale des émissions de Volkswagen pourrait affecter les économies tchèques et slovaques, et dans une moindre mesure la Hongrie et la Pologne", observe par ailleurs le Fonds.

Le fonds voit le déficit budgétaire global de la région à 2,9% du PIB en 2016, après un déficit de 3,7% en 2015. (Jan Lopatka, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)