Les salariés de VW incités à parler jusqu'à fin novembre - presse

mercredi 11 novembre 2015 23h09
 

FRANCFORT, 11 novembre (Reuters) - Volkswagen a donné jusqu'à fin novembre à ses salariés pour participer à son programme destiné à encourager les révélations sur le scandale du trucage des tests anti-polluants, rapporte le journal Süddeutsche Zeitung.

Le constructeur automobile allemand cherche ainsi à accentuer la pression sur ses employés qui détiennent des informations sur cette affaire mais craignent de perdre leur emploi en les révélant, explique le quotidien allemand, qui a travaillé sur le sujet avec les radios NRD et WDR.

VW a engagé la société de conseil Deloitte et le cabinet d'avocats Jones Day pour enquêter sur les circonstances dans lesquelles le groupe a installé des logiciels sur ses voitures diesel permettant de réduire les émissions lorsque ces véhicules sont soumis à des tests anti-polluants.

Le Süddeutsche Zeitung écrit que les premiers résultats de ce programme d'incitation à parler sont encourageants, citant des sources chez Volkswagen.

Selon la presse allemande, plusieurs salariés de VW ont reconnu avoir manipulé des données sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de voitures du groupe en expliquant que les objectifs fixés par l'ancien président du directoire, Martin Winterkorn, étaient trop difficiles à atteindre.

VW promet à ses salariés qu'ils ne seront ni licenciés ni poursuivis en justice, même si des cadres pourraient devoir rendre des comptes.

Personne n'était immédiatement disponible chez Volkswagen pour commenter ces informations. (Maria Sheahan, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)