CORR-France-Hausse de 2,5% des prestations sociales en 2014

mardi 10 novembre 2015 13h57
 

(Bioen lire "qu'en 2013" au 1er paragraphe)

PARIS, 10 novembre (Reuters) - Les prestations de protection sociale ont totalisé 688,9 milliards d'euros l'an passé en France, soit l'équivalent de 32,3% du PIB et 2,5% de plus qu'en 2013, selon des données provisoires publiées mardi par la direction des études du ministère des Affaires sociales (Drees).

Leur rythme de progression a été sensiblement inférieur à celui des années précédentes (entre +3,0 et +3,3% en moyenne entre 2010 et 2013), une évolution qui tient au ralentissement de l'inflation et à la baisse du nombre de départs à la retraite après le relèvement de l'âge légal de départ.

Les dépenses afférentes à la maladie ont augmenté l'an passé de 2,8%, soit plus qu'en 2013 (2,6%), à 197,0 milliards d'euros, du fait notamment des remboursements de médicaments, eux-mêmes affectés, à hauteur d'environ 1,1 milliard, par l'arrivée de nouveaux traitements de l'hépatite C.

Celles engagées pour l'invalidité ont bondi pour leur part de 4,0% (après 3,5% en 2013) en raison de la montée en charge de la réforme des retraites de 2010, le recul de l'âge de départ se traduisant mécaniquement par un allongement de la durée moyenne passée en invalidité, explique la Drees.

Le montant des prestations du risque vieillesse-survie, qui représente près de 46% du total à 314,5 milliards, a progressé de son côté de 2,3% (après 3,1% en 2013).

Outre l'effet d'un moins grand nombre de départs en retraite, son évolution a été freinée par une moindre revalorisation des pensions (0,3% après 1,5% en moyenne annuelle en 2013).

S'agissant des prestations maternité-famille (53 milliards), leur hausse a été limitée à 1,3% (après 2,0% en 2013).

La croissance de celles liées au chômage (41,9 milliards) a de même ralenti à 2,4% (3,8% un an plus tôt) en raison d'une augmentation plus modérée du nombre de chômeurs indemnisés et de la mise en oeuvre des dispositions de la nouvelle convention d'assurance chômage.   Suite...