LEAD 1-Porsche SE voit son bénéfice chuter avec le scandale VW

mardi 10 novembre 2015 13h13
 

(Actualisé avec cours de Bourse, précisions)

BERLIN, 10 novembre (Reuters) - Porsche SE, l'actionnaire majoritaire de Volkswagen, a vu son bénéfice net chuter de plus de moitié sur les neuf premiers mois de 2015 en raison de coûts liés au scandale de la fraude aux tests anti-pollution de VW.

Le bénéfice net du groupe allemand est tombé à 1,19 milliard d'euros contre 2,5 milliards d'euros un an plus tôt, a précisé la société qui détient 30,8% du capital de VW, dont 52,2% des actions ordinaires.

Vers 11h50 GMT, le titre Porsche SE gagne 0,65% et l'action préférentielle Volkswagen cède 0,11%, la Bourse de Francfort reculant de 0,17% au même moment.

Porsche SE avait réduit sa prévision de résultat 2015 le mois dernier en conséquence du scandale sur les émissions des moteurs diesel qui concerne quelque 11 millions de véhicules du groupe VW.

La société a maintenu mardi sa nouvelle prévision, à savoir un bénéfice net compris entre 0,8 et 1,8 milliard d'euros cette année, contre 3,03 milliards en 2014.

Elle a cependant précisé que cette prévision était fondée sur des résultats de VW conformes aux attentes et pourrait donc être modifiée en fonction de nouveaux rebondissements éventuels dans ce dossier.

Le scandale Volkswagen a pris une nouvelle dimension au début du mois lorsque le constructeur de Wolfsburg a reconnu avoir sous-estimé les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de près de 800.000 véhicules en Europe. Les coûts potentiels pourraient s'élever à environ deux milliards d'euros et Porsche SE pourrait à nouveau être atteint par ricochet.

Le rapport de 32 pages publié mardi par Porsche SE sur les neuf premiers mois de son exercice ne contient aucun élément nouveau sur les enquêtes menées par Volkswagen.

Porsche SE, contrôlé par les familles Porsche et Piëch, a par ailleurs précisé que sa trésorerie était tombée à 1,44 milliard d'euros en septembre contre 2,27 milliards d'euros fin 2014, du fait de l'acquisition de la participation de 1,5% de Suzuki dans VW. (Andreas Cremer, Véronique Tison pour le service français)