Migrants-L'UE envisage des centres de contrôle dans les Balkans

lundi 9 novembre 2015 22h51
 

BRUXELLES/BERLIN, 9 novembre (Reuters) - Les Vingt-Huit ont envisagé lundi, lors d'une réunion ministérielle à Bruxelles, l'installation de centres dans les pays des Balkans qui n'appartiennent pas à l'Union européenne (UE) afin de contrôler les arrivées de migrants en provenance de Grèce et d'examiner les demandes d'asile.

Ces centres, qui pourraient être gérés par du personnel de l'UE, auraient pour tâche d'identifier les migrants et d'enregistrer leurs demandes, ce qui devrait être théoriquement fait en Grèce mais ce pays est débordé par l'afflux de migrants, a expliqué le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, Jean Asselborn.

Le commissaire européen à la migration et aux affaires intérieures, Dimitris Avramopoulos, a souligné qu'il ne s'agissait pas de mettre en place des "centres de détention" mais simplement de venir en aide aux migrants et réfugiés qui traversent les Balkans.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, qui était lundi à Berlin pour le 26e anniversaire de la chute du Mur, a déclaré que l'avenir de l'Europe dépendrait en grande partie de l'attitude de l'Allemagne face au "défi historique" que représente la crise migratoire actuelle.

Les dirigeants européens auront mercredi des discussions avec leurs homologues africains sur la question des migrants et Donald Tusk a convoqué pour jeudi une réunion informelle des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE pour se pencher une nouvelle fois sur ce dossier.

Donald Tusk a estimé que l'Allemagne et sa chancelière étaient des exemples à suivre par tous les pays européens et a dénoncé "ceux qui pensent que l'Allemagne est trop ouverte, trop tolérante, trop libérale" vis-à-vis des migrants. (Alastair Macdonald et Michael Nienaber; Guy Kerivel pour le service français)