Facebook a 48h pour arrêter de "tracer" les internautes belges

lundi 9 novembre 2015 20h18
 

BRUXELLES, 9 novembre (Reuters) - Un tribunal belge a ordonné lundi à Facebook de cesser d'utiliser un outil logiciel permettant de suivre sans leur accord la navigation en ligne d'internautes belges visitant ses pages sans être utilisateur enregistré du réseau social, une décision contre laquelle le groupe américain entend faire appel.

La Commission de la protection de la vie privée (CPVP) belge avait saisi la justice en juin en accusant Facebook de "bafouer" les législations européennes et belges en matière de vie privée par l'utilisation d'outils de suivi sans le consentement préalable des internautes concernés.

L'enjeu du dossier est le cookie "datr", que Facebook implante sur les navigateurs internet lorsqu'ils visitent l'un de ses sites ou cliquent sur le bouton Facebook "J'aime" d'autres sites.

"Nous utilisons le cookie 'datr' depuis plus de cinq ans pour assurer la sécurité de Facebook pour 1,5 milliard de personnes dans le monde", a déclaré une porte-parole du groupe. "Nous ferons appel de cette décision et nous travaillons à réduire les perturbations de l'accès à Facebook en Belgique."

Facebook argue du fait que les cookies permettent simplement d'identifier les navigateurs utilisés, et non les personnes qui les utilisent, et qu'ils permettent de distinguer les visiteurs ordinaires de ses sites des internautes malveillants.

Facebook a 48 heures pour appliquer la décision de justice, sous peine de devoir s'acquitter d'une amende de 250.000 euros à la CPVP, a précisé une porte-parole du secrétariat d'Etat à la Protection de la vie privée.

Ni le tribunal, ni la CPVP n'ont pu être joints dans l'immédiat pour un commentaire.

(Julia Fioretti; Marc Angrand pour le service français)