Brésil-Peu de réponses et toujours 28 disparus après la catastrophe minière

lundi 9 novembre 2015 06h03
 

MARIANA, Brésil, 9 novembre (Reuters) - Trois jours après la gigantesque coulée de boue et les inondations mortelles provoquées par la rupture d'un barrage retenant les eaux usées d'une mine de minerai de fer au Brésil, les autorités n'ont toujours pas déterminé les causes de la catastrophe.

Elles éprouvent en outre les plus grandes difficultés à récupérer les corps de quelque 28 personnes qui ont vraisemblablement été emportées par le torrent.

Dimanche soir, les autorités ont retrouvé deux corps de possibles victimes, ce qui porterait le bilan à ce stade à quatre morts. Parmi les 28 personnes repertoriées dimanche soir comme portées disparues, 13 travaillaient dans la miné, située dans l'Etat du Minas Gerais.

L'accident a donné lieu à la constitution d'une opération de secours impliquant environ 500 personnes, dont un bon nombre cherche des victimes dans les plaines aval du barrage à l'aide de chiens et d'équipements spéciaux.

L'ampleur de la catastrophe, avec des inondations et des coulées de boue constatées à jusque 100 kilomètres de la mine, rend le sauvetage lent et laborieux.

Des responsables gouvernementaux, des associatoins environnementales et des résident sous le choc appellent de leur côté le Brésil à revoir la régulation de l'industrie minière, une importante source de revenus d'exportations pour le pays.

"Nous devons tirer les leçons de cet accident", a déclaré Fernando Pimentel, gouverneur de l'Etat.

Membres du gouvernement et habitants se sont également montrés critiques de la communication de Samarco, l'exploitant de la mine. Ce dernier est une coentreprise entre BHP Billiton et Vale.

BHP a de son côté annoncé lundi qu'il passait en revue son objectif de production de minerai de fer pour l'exercice 2015-2016 à la suite de la catastrophe., (Stephen Eisenhammer; Eric Faye et Benoît Van Overstraeten pour le service français)