7 novembre 2015 / 13:41 / il y a 2 ans

ABN Amro valorisée 15,9 mds pour sa privatisation-sources

AMSTERDAM, 7 novembre (Reuters) - La banque néerlandaise ABN Amro (IPO-ABN.AS) n'attend plus que le feu vert définitif du gouvernement pour lancer son retour en Bourse et les livres d'ordres pourraient être ouverts mardi sur la base d'une valorisation d'environ 15,9 milliards d'euros, a-t-on appris de sources bancaires impliquées dans le dossier.

L'opération s'annonce comme la plus importante introduction en Bourse d'Europe depuis la crise financière de 2008, qui a contraint les autorités des Pays-Bas à nationaliser la banque pour lui éviter la faillite.

Trois sources associées aux préparatifs de l'offre publique de vente ont déclaré que les premières manifestations d'intérêt des investisseurs suggéraient une demande solide et expliqué que la valorisation d'ABN Amro était fondée sur celle de ses principaux concurrents cotés, comme ING ou le groupe belge KBC.

L'action ING se traite actuellement sur la base de 1,1 fois sa valeur comptable et 13 fois le bénéfice annuel, contre des ratios de 1,6 et 12 respectivement pour KBC.

ABN Amro offre un potentiel de croissance inférieur à celui de ses concurrentes mais bénéficie d'une exposition plus importante au marché néerlandais, plus rentable et très concentré, sur lequel elle réalise 80% de ses bénéfices.

SANS DOUTE 20% à 30% DU CAPITAL MIS EN VENTE

Des sources bancaires ont précisé que le haut de la fourchette de valorisation était fixé à 17,1 milliards d'euros, soit neuf fois le bénéfice de la banque (1,9 milliard).

En bas de fourchette, la valorisation serait légèrement inférieure à la valeur comptable du groupe, qui devrait être portée à un peu plus de 16 milliards d'euros à l'occasion de la présentation des résultats du troisième trimestre lundi.

"Ça ira d'une fois à 1,05 fois la valeur comptable mais l'astuce consiste à partir d'un peu plus bas pour attirer les investisseurs pendant le processus de constitution des livres d'ordres", a expliqué une source bancaire.

"Reste à savoir à quelle distance de la barre des 16 milliards on fixe le bas de la fourchette (...), ce qu'acceptera le gouvernement néerlandais."

Corne van Zeijl, un gérant de portefeuille d'Actiam, sondé sur son intérêt pour le dossier, a estimé qu'une valorisation de 16 milliards devrait assurer un rendement supérieur à 5%.

"Ce sera une bonne valeur de rendement et nous sommes plus qu'un peu intéressés pour investir, en fonction bien sûr du prix de vente définitif", a-t-il dit.

Après la publication des résultats, il reviendra au ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, de donner le coup d'envoi officiel de l'opération et de décider de la part du capital mis en vente, qui devrait se situer entre 20 et 30%.

Une source au sein d'une des banques en charge de l'opération a noté que la volatilité s'était réduite sur les marchés en octobre.

"On voit mal pourquoi le gouvernement reculerait maintenant", a-t-il dit. (Toby Sterling et Emiliano Mellino, Marc Angrand pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below