LEAD 2-L'Etat et Nissan vont poursuivre leurs discussions sur Renault

vendredi 6 novembre 2015 21h29
 

* Pas d'accord au conseil extraordinaire sur le futur Renault-Nissan

* Les deux grands actionnaires de Renault continuent de discuter

* Nissan répète que les votes doubles déséquilibrent l'alliance

* Henri Emmanuelli demande une audition parlementaire pour Ghosn (Actualisé avec précisions)

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Le conseil d'administration de Renault n'est pas parvenu vendredi à résoudre le conflit sur la répartition des pouvoirs au sein de l'alliance entre le constructeur français et Nissan, mais est tombé d'accord pour soutenir de nouvelles discussions et tenter ainsi de sortir de l'impasse.

Renault avait convoqué une session d'urgence de son conseil pour débattre de sa stratégie vis-à-vis de son partenaire nippon alors que le bras de fer entre le PDG, Carlos Ghosn, et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est durci depuis la brusque montée de l'Etat au capital du groupe français en avril.

Cette opération était destinée à assurer au principal actionnaire de Renault les droits de vote doubles prévus par la loi Florange. Mais Nissan, deuxième actionnaire, ne l'accepte pas alors que lui ne possède aucun droit de vote depuis la fondation de l'alliance en 2002.

Dans un communiqué, Renault a déclaré que le conseil avait procédé à un premier point d'étape des discussions engagées entre les deux principaux actionnaires.   Suite...