La Grèce va recapitaliser ses banques en achetant obligations et actions

lundi 2 novembre 2015 09h09
 

ATHENES, 2 novembre (Reuters) - Le fonds hellénique de stabilité financière HFSF fournira l'aide publique qui doit venir recapitaliser les principales banques du pays en se portant acquéreur d'un mélange d'obligations "contingentes" convertibles (CoCos) et de nouvelles actions qu'emettront les établissements, a déclaré le gouvernement.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé samedi estimer à 14,4 milliards d'euros au maximum les besoins de capitaux des banques grecques dans l'hypothèse d'une nouvelle détérioration de la situation économique.

Dans l'hypothèse où l'économie évoluerait conformément aux prévisions jusqu'en 2017, les besoins de fonds propres supplémentaires de ces quatre établissements seraient de 4,391 milliards d'euros, précise la BCE.

Si les banques parviennent à lever cette somme auprès d'investisseurs privés, le HFSF apportera le solde par rapport aux 14,4 milliards d'euros retenus dans le scénario le plus négatif sur la base d'un ratio de 75% de CoCos et 25% d'actions nouvelles, a précisé le gouvernement dimanche soir.

En revanche, si la banques échouent à lever les 4,4 milliards d'euros auprès du privé, le HFSF fournira les sommes nécessaires pour combler le trou en échange uniquement d'actions ordinaires.

"Le gouvernement exhorte les directions de quatre banques systémiques à faire tous les efforts possibles pour encourager la participation d'investisseurs nationaux dans la levée de capitaux", a poursuivi le gouvernement.

Le HFSF détient actuellement une part majoritaire dans trois des quatre principales banques grecques -- Banque nationale de Grèce, Banque du Pirée, Alpha Bank . Dans la quatrième, Eurobank <Eurobank EURBr.AT>, sa participation n'est que de 35,4% du capital. (George Georgiopoulos, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)