Négociations tendues sur le rachat de Darty par Fnac-JDD

dimanche 25 octobre 2015 14h50
 

PARIS, 25 octobre (Reuters) - Les discussions sur l'offre de rachat de Darty formulée par la Fnac se heurtent à l'hostilité du directeur général de Darty et à la volonté des administrateurs anglais d'obtenir plus d'argent, écrit le Journal du dimanche en citant plusieurs sources proches du dossier.

"La partie commence à être serrée. Les dirigeants de Darty ne sont pas tous d'accord", dit une source proche de la direction de la Fnac au sujet d'une opération qui, lors de son annonce, paraissait complexe. (voir )

Selon le JDD, le patron de Darty, Régis Schultz, milite contre cette offre qui valorisait l'enseigne, au moment de son dépôt, à 719 millions d'euros. Les autres administrateurs français s'interrogeraient sur les risques de l'opération.

Le journal rapporte encore que les trois administrateurs anglais souhaiteraient obtenir davantage. Selon un proche d'Alexandre Bompard, patron de la Fnac, celui-ci a obtenu des marges de manoeuvre mais "ne fera pas cette opération à tout prix".

Le JDD croit savoir que l'offre d'échange initiale, dans laquelle les actionnaires de Fnac disposeraient de 55% du nouvel ensemble contre 45% à ceux de Darty, pourrait être améliorée et son équilibre être porté à 54%-46% voire 53%-47%.

En vertu de la réglementation boursière britannique, Darty étant coté à Londres, la Fnac a jusqu'à mercredi pour déposer une offre ferme.

Un échec des négociations pourrait pousser la Fnac à "déposer une offre hostile", disent plusieurs sources au JDD. L'action Darty a clôturé à 100,00 pence vendredi à Londres. A ce dernier cours, elle a gagné 23% depuis le dépôt de l'offre de la Fnac.

(Gregory Blachier, édité par Véronique Tison)