La Bourse de Paris-Les valeurs du jour vendredi (clôture)

vendredi 23 octobre 2015 17h56
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 23 octobre (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à
la Bourse de Paris, qui a fini en hausse, le nouvel
assouplissement monétaire décidé par la Chine s'ajoutant à la
promesse de Mario Draghi, président de la BCE, d'un débat en
décembre sur l'opportunité d'agir davantage pour soutenir
l'activité. et 
    Le CAC 40 a fini en hausse de 2,53% à 4.923,64
points après un gain de 2,28% jeudi. Sur la semaine l'indice
phare de la Bourse de Paris gagne 4,7%.
    
    * KERING (+10,6% à 172,75 euros) a fini en tête du
SBF 120 et signé sa meilleure séance boursière depuis
le 6 février 2009 (+11,075%), la valeur opérant un rebond après
des signaux jugés prometteurs pour la relance de Gucci, sa
marque phare. 
    
    * De très nombreuses VALEURS CYCLIQUES ont été recherchées
après la décision de la Chine sur ses taux alors que les
déclarations de Mario Draghi ont alimenté l'espoir de nouvelles
mesures de soutien économique en zone euro.
    VALEO a avancé de 4,74% à 142,40 euros, SCHNEIDER
ELECTRIC de 4,1% à 54,85 euros et SAINT-GOBAIN
 de 4,05% à 39,575 euros.
    
    * MICHELIN (+4,26% à 90,80 euros) a également
annoncé une progression de 8,7% de son chiffre d'affaires au
troisième trimestre. 
    
    * AIRBUS GROUP a pris 4,61% à 60,17 euros dans le
sillage du recul de la monnaie unique tombée à 1,1012 dollar
 vers 17h45, contre 1,1336 dollar mercredi soir, grâce au
président de la BCE.
    
    * De son côté, TF1 a progressé de 5,82% à 13,355
euros, soutenue par les espoirs d'une augmentation des recettes
publicitaires dans la perspective de possibles nouvelles mesures
de soutien économique en zone euro ainsi que par l'amélioration
du climat des affaires en France. 
    M6 a gagné 3,11% à 17,915 euros de son côté.
    
    * NUMERICABLE-SFR a grimpé de 6,82% à 44,22 euros
après que l'opérateur télécoms a réussi à placer un emprunt
obligataire permettant de financer le versement d'un dividende
exceptionnel. 
    
    * HAVAS a fini sur un gain de 6,39% à 7,99 euros,
les investisseurs se montrant plus optimistes que le groupe
publicitaire après la publication de son chiffre d'affaires du
troisième trimestre. 
    
    * En revanche, ALCATEL-LUCENT a perdu 0,79% à
3,388 euros, seule baisse de l'indice CAC 40. Le suédois
Ericsson (-6%), premier équipementier mondial de
réseaux mobiles, a publié un chiffre d'affaires et un bénéfice
inférieur aux attentes pour le troisième trimestre en raison de
performances décevantes de ses activités de réseaux.
 
    
    * SAFT (-23,97% à 24,33 euros) a enregistré sa pire
séance depuis le 10 novembre 2005 (-28,612%) à la Bourse de
Paris, où le spécialiste des batteries de haute technologie a
accusé la plus forte baisse du SBF 120 dans des
volumes élevés au lendemain de l'annonce d'un avertissement sur
ses résultats financiers 2015. 
    
    * INGENICO a cédé 5% à 109,25 euros, malgré le
relèvement de ses prévisions annuelles, les investisseurs se
focalisant sur la perte d'un gros client dans les services de
paiement. 
    
    * ICADE (-2,35% à 65,70 euros) a fait état d'une
baisse de son chiffre d'affaires sur neuf mois, l'activité du
pôle promotion du groupe immobilier ayant été plus
particulièrement pénalisée sur la période. 
        
    * GECINA a abandonné 2,32% à 116 euros après le
placement de titres de la foncière détenus par Gevrey
Investissement, entité contrôlée par des fonds de Blackstone
, au prix 115,20 euros par action, a annoncé vendredi la
Deutsche Bank, teneur de livres. 
    
    * EIFFAGE (-0,07% à 56,40 euros) s'est retournée à
la baisse en matinée après l'annonce par le groupe de BTP et de
concessions de la mort de son PDG Pierre Berger à l'âge de 47
ans à la suite d'une crise cardiaque. 
    
    * MANITOU a baissé de 8,55% à 13,26 euros au
lendemain de l'annonce par le spécialiste des engins de
manutention d'un avertissement sur la croissance de son activité
sur l'ensemble de l'année. 

 (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)