LEAD 1-Les créanciers de la Grèce examinent les réformes d'Athènes

mercredi 21 octobre 2015 18h24
 

(Actualisation avec santé économique meilleure que prévu §7-10)

par Renee Maltezou et Lefteris Papadimas

ATHÈNES, 21 octobre (Reuters) - Le gouvernement grec et les représentants de ses créanciers internationaux ont ouvert mercredi des discussions sur le rythme des réformes que la Grèce s'est engagée à mener dans le cadre du programme d'aide conclu cet été.

Les réformes adoptées vendredi dernier par la Vouli, le Parlement grec, prévoient notamment un abaissement des pensions de retraite, un report de l'âge du départ à la retraite, un renforcement des sanctions contre la fraude fiscale et une libéralisation du marché de l'énergie.

Les représentants des institutions européennes et du Fonds monétaire international devront se prononcer sur la mise en oeuvre de ces réformes avant qu'Athènes puisse recevoir une enveloppe de trois milliards d'euros d'aide.

Cette somme fait partie d'une tranche de 23 milliards d'euros, qui elle-même comprend 10 milliards d'euros déjà versés à la Grèce pour couvrir le coût de la recapitalisation des banques du pays.

La prochaine série de réformes qu'Athènes devra mettre en oeuvre comprend la mise en place d'une taxe agricole, la hausse de la fiscalité sur l'enseignement privé et la fusion de fonds de retraite, qui devrait se traduire par une nouvelle diminution du montant des pensions de retraite.

Un projet de recapitalisation des quatre principales banques grecques, dont le montant devrait être, selon certaines sources, inférieur à 20 milliards d'euros, sera "prochainement" soumis au Parlement, a indiqué le ministre des Finances, Euclide Tsakalotos.

Les banques grecques ont vu fondre leurs réserves en capital sous l'effet conjugué des retraits effectués par les épargnants et d'une augmentation de leurs créances douteuses après cinq ans de récession.   Suite...