France-Crainte d'un troisième plan social chez Renault Trucks

mardi 20 octobre 2015 11h52
 

LYON, 20 octobre (Reuters) - La direction de Renault Trucks a annoncé mardi matin à l'occasion d'un Comité central d'entreprise la reprise des services informatiques du groupe Volvo par l'Indien HCL, ce qui pourrait entraîner un nouveau plan social selon les syndicats.

Les salariés des services informatiques des sites de Vénissieux et Saint-Priest (Rhône), qui craignent un troisième plan social en deux ans, ont décidé de débrayer mardi matin et de se rassembler devant le siège de l'entreprise.

"(Quelque) 180 postes sur les 518 que compte le service informatique des sites lyonnais sont menacés", a expliqué à Reuters Olivier Porret, délégué CGC de l'entreprise, qui regrette de ne pas avoir eu davantage de précisions sur les conditions de la reprise.

"Ces personnes seront reprises dans des conditions minimales avec une grande incertitude sur la pérennité de leur poste", juge le représentant syndical. "Nous estimons qu'entre 50% et 80% des postes transférés seront détruits au bout d'un an."

Les syndicats de Renault Trucks craignent une deuxième vague d'externalisation vers la Chine, la Pologne, l'Inde et le Brésil pour l'année prochaine.

"Entre ces deux mesures, ce sont 50% des effectifs lyonnais qui devraient disparaître", avance Olivier Porret.

Le siège suédois du groupe Volvo est également affecté par cette stratégie d'externalisation de l'informatique qui a pour but de faire économiser 90 millions d'euros. Quelque 1.400 salariés sont touchés en Suède.

Renault Trucks compte 4.900 salariés dans l'agglomération lyonnaise. En 2014, une première vague de 508 suppressions d'emplois, sur la base de départs volontaires avait tout d'abord été organisée. En 2015 une seconde vague avait touché 512 postes, toujours sur la base de départs volontaires.

Les syndicats affirment que la direction ne veut pas négocier de mesures de départs volontaires pour ces 180 nouveaux postes. (Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse)