17 octobre 2015 / 18:08 / dans 2 ans

LEAD 4-La Croatie dirige les migrants vers la Slovénie

(Nouveaux naufrages et sauvetages en mer, §§ 15, 16)

par Aleksandar Vasovic et Marja Novak

LJUBLJANA, 17 octobre (Reuters) - Des migrants et réfugiés qui traversent les Balkans pour rejoindre l‘Union européenne ont commencé à arriver samedi en Slovénie, au lendemain de la fermeture par la Hongrie de sa frontière avec la Croatie.

Selon les autorités de Ljubljana, quelque 300 migrants sont arrivés samedi matin à la frontière slovéno-croate, où ils devaient être enregistrés avant de poursuivre leur périple vers l‘Autriche et l‘Allemagne.

Après la décision de la Hongrie, la Croatie a commencé à diriger les demandeurs d‘asile vers l‘ouest en direction de la Slovénie mais cela prend du temps, comme en témoigne la longue file d‘autocars alignés durant la nuit à la frontière entre la Serbie et la Croatie, où la police contrôle les entrées.

Les autorités slovènes ont décidé de suspendre le trafic ferroviaire avec la Croatie afin de limiter les arrivées. Elles discutent également avec Zagreb pour limiter l‘entrée des migrants à deux postes-frontières, Gruskovje et Petisovci, dans l‘est de la Slovénie, non loin de la frontière hongroise.

“Pour le moment, il n‘y a pas de problème et il n‘est pas nécessaire de recourir à l‘armée mais il est bien d‘avoir envisagé cette option si cela se révèle nécessaire”, a déclaré un responsable du ministère slovène de l‘Intérieur.

Le ministre croate de l‘Intérieur, Ranko Ostojic, a mis en garde contre le risque d‘un “effet domino” provoqué par la fermeture des frontières hongroises.

Quant au gouvernement hongrois, après avoir constaté, dit-il, que des migrants “apparaissaient” en territoire slovène, il a décidé de rétablir temporairement des contrôles à sa frontière avec la Slovénie.

Le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto a dit à l‘agence de presse MTI que cette mesure était conforme aux accords de Schengen sur la libre circulation.

En Allemagne, un responsable gouvernemental a jugé que les mesures de blocage prises par les autorités hongroises n‘avaient en rien résolu le problème. “Ces mesures vont à l‘encontre de nos efforts pour établir une solidarité européenne”, a-t-il expliqué.

PROBLÈME NON RÉSOLU

Contrairement à la Croatie, la Hongrie et la Slovénie appartiennent à l‘espace Schengen.

Depuis que le nombre de migrants et réfugiés arrivant dans l‘UE par les Balkans s‘est brusquement accru durant l‘été, la Hongrie a clôturé sa frontière avec la Serbie, avant de faire de même avec la Croatie.

La Slovénie, qui compte deux millions d‘habitants, dit pouvoir faire face à l‘arrivée de 8.000 migrants par jour. Ljubljana, de même que Zagreb, déclare ne pas s‘opposer au passage des migrants tant que l‘Allemagne et l‘Autriche continueront de les accueillir.

La Hongrie fait partie d‘un groupe de plusieurs pays d‘Europe centrale qui s‘opposent au programme de répartition de 120.000 réfugiés entre pays membres de l‘UE.

Au total, quelque 700.000 migrants et réfugiés sont attendus cette année dans l‘UE après avoir traversé la mer Egée ou la Méditerranée en provenance de Turquie ou d‘Afrique du Nord.

Les gardes-côtes grecs et turcs ont annoncé samedi qu‘au moins seize migrants, dont neuf enfants, s‘étaient noyés en mer Egée alors qu‘ils tentaient de gagner une île grecque à partir de la Turquie. Plusieurs autres sont portés disparus.

La marine italienne a porté secours samedi à 562 migrants originaires d‘Afrique subsaharienne qui se trouvaient à bord de cinq embarcations.

Lors d‘un Conseil européen consacré jeudi à la crise migratoire, les dirigeants de l‘UE se sont mis d‘accord sur un “plan d‘action” prévoyant une aide financière qui pourrait s‘élever à trois milliards d‘euros pour la Turquie, la perspective d‘un assouplissement de l‘octroi de visas pour ses ressortissants et une relance des discussions sur son adhésion en échange de sa coopération face à l‘afflux de réfugiés vers l‘Europe.

Mais la Hongrie a jugé ces propositions insuffisantes et dénoncé l‘incapacité des chefs d‘Etat et de gouvernement de l‘UE à se décider sur la création d‘un corps international pour surveiller les frontières extérieures de l‘Union, notamment en Grèce, principal pays d‘entrée des migrants dans l‘espace Schengen. (Avec Krisztina Than à Budapest, Fedja Grulovic à Berkosovo, Serbie, Marton Dunai à Zakany, Hongrie; Jean-Stéphane Brosse, Pierre Sérisier et Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below