LEAD 1-Manifestation contre la réforme des retraites à Athènes

jeudi 15 octobre 2015 19h49
 

(actualisé avec rapport sur le système des retraites)

ATHENES, 15 octobre (Reuters) - Deux cents personnes ont bloqué jeudi matin les accès au ministère grec du Travail pour protester contre la baisse programmée des retraites dans le cadre des réformes qu'Athènes doit faire adopter pour obtenir le déblocage de l'aide internationale.

Le projet de loi propose de porter progressivement l'âge de la retraite à 67 ans à l'horizon 2022 et de réduire de 10% les pensions de ceux qui l'ont prise avant cet âge. Son examen a débuté ce jeudi au Parlement et le vote devrait avoir lieu vendredi.

"Nous ne serons pas les esclaves du XXIe siècle", pouvait-on lire sur une banderole brandie par les manifestants issus du Front militant de tous les travailleurs (Pame), proche du Parti communiste.

Le Pame et le syndicat du secteur public Adedy ont prévu de se réunir vendredi devant le Parlement pour manifester contre le texte dont l'adoption est l'une des conditions du déblocage de la prochaine tranche du plan de sauvetage de 86 milliards d'euros élaboré par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Le blocage du ministère du Travail a empêché la tenue de la présentation officielle d'un rapport sur la viabilité du système grec des retraites, finalement organisée au Parlement.

"La situation actuelle est catastrophique. Le système n'est pas viable, mais en plus, il n'a plus aucune crédibilité en raison de l'ensemble des coupes qui ont été imposées depuis 2010", a déclaré à la presse la présidente de la commission chargée de rédiger le rapport, Athena Petroglou.

La Grèce a essayé à plusieurs reprises de réformer son système de retraites, la dernière fois en 2010. Faute d'y être parvenus, les différents gouvernement qui se sont succédés ont imposé à plusieurs reprises de douloureuses diminutions du montant des pensions de retraite.

La commission exhorte le gouvernement à renforcer la coopération entre formations politiques afin qu'un consensus se dessine et qu'une réforme soit mise en oeuvre. Elle juge également que l'Etat doit trouver des solutions afin que les actifs cessent de prendre leur retraite trop tôt.

Le rapport propose qu'un fonds soit mis sur pied, qu'il soit financé par l'Etat, par les fonds de retraite et par d'autres ressources, des impôts visant les contribuables les plus aisés ou une taxe sur les transactions bancaires par exemple.

Le ministre du Travail, George Katrougalos, a déclaré que le rapport de la commission ne liait pas le gouvernement mais qu'il servirait de base lorsque les partenaires sociaux seront consultés. Un projet de loi devrait selon lui être prêt pour novembre. (Angeliki Koutantou, Jean-Philippe Lefief et Nicolas Delame pour le service français)