Syngenta-Recul plus marqué que prévu du CA au T3

jeudi 15 octobre 2015 07h53
 

ZURICH, 15 octobre (Reuters) - Syngenta a fait état jeudi d'un recul plus marqué que prévu de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, le numéro un mondial de l'agrochimie évoquant notamment les effets défavorables de la dépréciation du real brésilien et des faibles précipitations dans la région Asie-Pacifique.

Le groupe suisse a ainsi vu ses ventes baisser de 12% sur la période, à 2,62 milliards de dollars (2,28 milliards d'euros), alors que les analystes avaient anticipé en moyenne un repli de 5,8%, à 2,82 milliards.

A taux de change constants, le chiffre d'affaires est resté inchangé, précise Syngenta dans un communiqué.

"Au troisième trimestre, l'Amérique latine a continué de subir les contrecoups de la volatilité des monnaies au Brésil et du durcissement des conditions de crédit", déclare Michael Mack, directeur général de Syngenta, cité dans le communiqué.

"Bien que cela signifie que nous ne devrions pas atteindre nos prévisions initiales de croissance pour 2015 dans la région, nous maintenons notre position de leader tout en confirmant la priorité que nous accordons à la gestion des risques."

Syngenta précise anticiper pour l'ensemble de l'année des ventes à taux de changes constants comparables à celles de 2014 ainsi qu'une hausse à deux chiffres de son excédent brut d'exploitation (EBE ou Ebitda).

"Le chiffre d'affaires publié continue de subir les effets du dollar fort, et l'Ebitda publié devrait enregistrer une baisse avoisinant les 5%. Le cashflow disponible, bien qu'inférieur à l'année précédente, devrait rester robuste", ajoute Michael Mack.

Le directeur financier de Syngenta John Ramsay a déclaré que le groupe confirmait son objectif d'amélioration de la marge brute cette année par rapport au niveau de 19% de 2014, ajoutant qu'une rentabilité brute de 24% à 26% était visée en 2018.

Début septembre, Syngenta a annoncé son intention de consacrer deux milliards de dollars au rachat de ses propres actions dans le cadre d'une campagne de création de valeur pour ses actionnaires après le rejet de l'offre de rachat de Monsanto . Le rachat d'actions sera financé par la vente de l'activité de semences potagères. (Michael Shields, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)