LEAD 1-Engie ne construira plus aucune centrale à charbon-PDG

mercredi 14 octobre 2015 21h41
 

PARIS, 14 octobre (Reuters) - Engie a décidé de ne pas construire de nouvelles centrales au charbon, a déclaré mercredi Gérard Mestrallet, le PDG du groupe français, dans une interview publiée sur le site internet du Figaro.

"Comme nous croyons fermement (...) que le prix du carbone va se raffermir, les investissements dans les centrales à charbon fortement émettrices seront pénalisés", explique au quotidien Gérard Mestrallet.

"Les conditions sont donc réunies pour que nous prenions cette décision, à la fois économique et écologique, de ne plus construire aucune nouvelle centrale à charbon", poursuit le dirigeant.

Sponsor de la conférence sur le climat (COP21) prévue en décembre au Bourget, près de Paris, l'ex-GDF Suez a essuyé ces dernières semaines les critiques d'associations qui lui reprochent en particulier un projet de centrale au charbon en Turquie.

Avant la publication de l'entretien de Gérard Mestrallet, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, avait déclaré qu'Engie s'était engagé à ne plus investir dans des centrales au charbon.

"Ils se sont engagés à arrêter les investissements dans le charbon", a-t-elle déclaré sur BMF TV en réponse à une question sur le projet de construction d'une centrale de 1.320 mégawatts (MW) à Adana, dans le sud de la Turquie, pour lequel Engie a signé un protocole d'accord début 2014.

"Engie a programmé la fin des investissements" (dans le charbon), a dit la ministre.

Engie, dont l'Etat français détient près de 33% du capital, s'était par ailleurs engagé à investir dans des projets de centrales au charbon en Mongolie, au Maroc, au Chili et au Brésil.

Les centrales au charbon représentaient 15% des capacités de production d'électricité du groupe fin 2014, derrière les centrales à gaz (56%) et l'hydraulique (16%).

Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé le 10 septembre la suppression des aides publiques françaises à l'exportation de centrales au charbon qui ne sont pas dotées de dispositifs de capture et de stockage du dioxyde de carbone (CO2). (Benjamin Mallet, Julien Ponthus et Matthieu Protard, édité par Marc Angrand)