Engie s'est engagé à ne plus investir dans le charbon-Royal

mercredi 14 octobre 2015 16h02
 

PARIS, 14 octobre (Reuters) - Engie s'est engagé à ne plus investir dans des centrales au charbon, a déclaré mercredi la ministre de l'Ecologie et de l'Energie Ségolène Royal.

Sponsor de la conférence sur le climat (COP21) prévue en décembre au Bourget, près de Paris, l'ex-GDF Suez a essuyé ces dernières semaines les critiques d'associations qui lui reprochent en particulier un projet de centrale au charbon en Turquie.

"Ils se sont engagés à arrêter les investissements dans le charbon", a déclaré sur BMF TV Ségolène Royal, interrogée sur ce projet de 1.320 mégawatts (MW) à Adana, dans le sud de la Turquie, pour lequel Engie a signé un protocole d'accord début 2014.

"Engie a programmé la fin des investissements" (dans le charbon), a dit la ministre.

Le groupe n'a pas commenté ces annonces dans l'immédiat.

Les centrales au charbon représentaient 15% de ses capacités de production d'électricité à fin 2014, derrière les centrales à gaz (56%) et l'hydraulique (16%).

Engie, dont l'Etat français détient près de 33% du capital, s'est en outre déjà engagé à investir dans des projets de centrales au charbon en Mongolie, au Maroc, au Chili et au Brésil.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé le 10 septembre la suppression immédiate des aides publiques françaises à l'exportation de centrales au charbon qui ne sont pas dotées de dispositifs de capture et de stockage du gaz carbonique (CO2). (Benjamin Mallet et Julien Ponthus, édité par Dominique Rodriguez)