LEAD 2-Risque de déficit excessif pour l'Espagne en 2016-CE

lundi 12 octobre 2015 21h02
 

(Actualisé avec la réaction du ministre de l'Economie espagnol)

par Francesco Guarascio

BRUXELLES, 12 octobre (Reuters) - Le budget de l'Espagne risque d'enfreindre les règles budgétaires de l'Union européenne en 2016, dans la mesure où il se fonde sur des prévisions de croissance trop optimistes et ne prend pas en compte l'exposition du pays à des économies émergentes en ralentissement, selon un avis de la Commission européenne publié lundi.

La mise en garde de Bruxelles intervient à quelques mois des élections législatives prévues le 20 décembre, un scrutin au cours duquel le gouvernement de droite sortant ne manquera pas de mettre en avant sa gestion de l'économie pour regagner la confiance d'électeurs qui ont subi de plein fouet les effets de la compression des dépenses publiques.

En 2014, l'Espagne est sortie d'une profonde récession, marquée par une crise bancaire, une explosion du chômage et une longue crise immobilière, pour afficher désormais l'un des taux de croissance les plus élevés de la zone euro.

Mais, s'agissant de 2016, l'exécutif européen juge le scénario macroéconomique sur lequel repose le projet de budget de l'Espagne pour l'année prochaine "un peu trop optimiste".

"Selon les prévisions de la Commission, les risques pesant sur les projections de croissance sont plutôt baissiers et surtout liés au secteur de l'économie tourné vers l'international, (qui pâtirait) d'une éventuelle intensification du ralentissement des pays émergents", note Bruxelles dans son rapport.

Madrid estime que le déficit des administrations publiques devrait diminuer et passer de 5,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2014 à 4,2% cette année et à 2,8% en 2016, conformément aux objectifs recommandés dans le cadre de la procédure concernant les déficits excessifs.

Mais la Commission s'attend à ce que l'Espagne ne parvienne pas à corriger son déficit excessif d'ici à 2016 et prévoit un déficit budgétaire nominal à 4,5% du PIB cette année et à 3,5% l'an prochain.   Suite...