LEAD 1-Dijsselbloem appelle les Etats-Unis à ratifier la réforme du FMI

vendredi 9 octobre 2015 09h09
 

(Actualisé avec commentaire de Christine Lagarde)

LIMA, 9 octobre (Reuters) - Les Etats-Unis devraient se dépêcher de ratifier la réforme du Fonds monétaire international (FMI) intervenue en 2010, afin d'éviter de se retrouver isolés alors que grandit l'influence de la Chine, a déclaré jeudi le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

Le Congrès américain n'a toujours pas ratifié cette réforme, qui donne aux pays émergents plus de poids au sein du fonds, en raison de blocages politiques à Washington.

Cela remet à plus tard les changements au sein du FMI et irrite les pays émergents, qui estiment que leur représentation actuelle au sein du fonds ne reflète pas leur importance croissante dans les affaires du monde.

"Nous espérons vivement que le Congrès américain va enfin prendre ses responsabilités vis-à-vis des institutions financières internationales", a dit le ministre néerlandais des Finances à Lima.

"Je dirais que c'est dans l'intérêt des Etats-Unis de le faire, il ne faut pas qu'ils s'isolent, au moment où la Chine est de plus en plus présente dans nos institutions, ce qui est bienvenu", dit-il.

Le directrice du FMI Christine Lagarde a déclaré pour sa part à Lima, au Pérou, que le Fonds pourrait prendre des mesures provisoires visant à accorder une plus grande influence aux pays émergents, malgré le blocage du Congrès américain.

Les responsables du FMI ont fait savoir qu'ils allaient proposer des idées permettant de mettre en oeuvre la réforme d'ici mi-décembre. Christine Lagarde a souligné l'urgence.

"Si ça continue encore un peu, il nous faudra envisager une solution alternative" a-t-elle dit lors d'une conférence de presse, ajoutant que cela ne remplacerait pas la réforme.

Parmi les options figure une augmentation ad hoc du quota des principales économies émergentes, sans que cela ne requiert une modification de la position des Etats-Unis, même si le groupe des 24 économies en cours de développement fait pression pour une solution alternative plus radicale.

Des mesures provisoires pourraient alléger la pression exercée sur le Congrès pour ratifier la réforme. (Jan Strupczewski, Eric Faye et Juliette Rouillon pour le service français)