SYNTHESE-Perquisition au siège de Volkswagen à Wolfsburg

jeudi 8 octobre 2015 18h05
 

* Le patron de VW aux USA témoigne devant le Congrès jeudi

* Un journal dit que le logiciel de trucage fonctionne en Europe

* Un ministre allemand dit qu'il n'y a pas de débat sur le diesel (Actualisé avec perquisition, déclarations de VW, contexte)

par Andreas Cremer

BERLIN, 8 octobre (Reuters) - Le parquet de Braunschweig a mené jeudi une perquisition au siège de Volkswagen à Wolfsburg et en d'autres lieux dans le cadre de l'enquête sur la falsification des tests d'émissions polluantes par le constructeur automobile allemand.

Volkswagen a déclaré qu'il participait activement à l'enquête et qu'il avait remis de nombreux documents aux enquêteurs.

Près de trois semaines après la révélation de l'affaire des logiciels de trucage des tests anti-pollution par les autorités américaines, la pression ne cesse de s'intensifier sur le premier constructeur automobile européen pour qu'il désigne des responsables, mette ses véhicules en conformité et détaille quand et où il y a eu manipulation.

Le scandale, qui a rapidement pris une dimension planétaire, a effacé plus du tiers de la capitalisation de VW, obligé son président du directoire Martin Winterkorn à démissionner et poussé son nouveau patron Matthias Müller à évoquer la possibilité d'une compression des effectifs "massive".

Le patron de VW aux Etats-Unis, auditionné ce jeudi par une sous-commission du Congrès américain, a déclaré que la falsification des tests d'émission par des logiciels ne découlait pas d'une décision de l'entreprise mais était le fait de quelques individus. "Il s'agit de quelques ingénieurs en informatique qui ont mis cela dedans pour une raison inconnue", a dit Michael Horn.   Suite...